Une solution politique en Egypte : « L’Union Européenne doit y croire » (Maj)

(BRUXELLES2) Les ministres des Affaires étrangères de l'UE se réunissent ce mercredi (21 août) pour une réunion exceptionnelle consacrée à la situation en Egypte. En fait de réunion, ce sera un déjeuner puisque les ministres arriveront vers midi. Et le "tour de table" est prévu pour démarrer à 13h. Objectif comme l'a défini Lady Ashton, qui présidera la réunion : « débattre et coordonner les mesures appropriées doivent être prises par l'Union européenne en réponse à la situation en Egypte ».

NB : L’arrestation la nuit dernière de Mohamed Badie, guide suprême des frères musulmans ajoutée à celles de centaines de frères musulmans et au bilan chaque jour alourdi de centaines de morts dans les rangs des partisans du président déchu, Mohamed Morsi, inquiète d'autant plus les Européens que le risque d'instabilité qui pourrait peser sur un des points d'équilibre majeurs du Proche Orient.

Des options: de l'appel au dialogue aux sanctions

Les ministres devraient lancer un vibrant appel — comme la Haute représentante de l'UE l'a déjà fait, à plusieurs reprises — à « toutes les parties à mettre fin aux violences, les forces de sécurité à faire preuve de retenue, les forces politiques d'exprimer leurs opinions pacifiquement, et de garder ouverte la possibilité d'un processus politique qui mènera l'Egypte sur la voie de la démocratie et de guérir les blessures infligées à la société égyptienne. »

Mais d'autres options semblent aussi avoir été mises sur la table, y compris la palette de sanctions possibles (sanctions, embargos, levée des aides allouées à l’Egypte par l’UE, etc…) visant soit différents responsables politiques, soit le gouvernement actuel. Après une réunion des ambassadeurs des "28" du COPS, Bernardino Léon, représentant spécial de l’UE pour la Méditerranée - Sud s’était cependant montré prudent, lundi, se refusant à évoquer les potentielles solutions envisagées . La situation est « complexe » a expliqué le diplomate européen ; les violences se produisent « des deux côtés », Mais « l’Union Européenne ne cesse de croire qu’une solution politique est possible ».

(Maj) Un papier d'options - ou plutôt des "propositions comme le précise un porte-parole de la Haute représentante - ont été déposées sur la table des ministres. Il préconise de ne pas geler toute l'aide apportée à l'Egypte, notamment en direction de la société civile. Mais un geste pourrait être fait en direction du gouvernement actuel sur certains grands projets. Concernant l'embargo sur les armes, la situation devait être discutée au niveau des ministres, les ambassadeurs n'ayant pu se mettre d'accord sur une position finale.

(Nicolas Gros-Verheyde avec Claire Saignol)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Une pensée sur “Une solution politique en Egypte : « L’Union Européenne doit y croire » (Maj)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.