Coopération UE/Maroc pour la sécurisation du Maghreb et du Sahel

Coopération UE/Maroc pour la sécurisation du Maghreb et du Sahel

UE:Morrocco

Le Maroc se montre favorable à la stratégie européenne pour la stabilité du Sahel, dans le cadre d'une approche triangulaire regroupant l'UE, le Maroc et les pays du Sahel (Crédits: Conseil de l'Union européenne)

(BRUXELLES2) Etape importante dans le renforcement des relations avec le Maroc, la mise en œuvre du le plan d’action du Statut avancé (2013-2017) a été adoptée lors du 11ème Conseil d’association Maroc-UE tenu le 16 décembre à Bruxelles. Ce texte qui comprend un volet non négligeable en matière de politique étrangère et de sécurité pour la période 2013-2017.

Il appelle notamment à « renforcer le dialogue et la coopération en matière de politique étrangère et de sécurité en vue d'assurer un concertation régulière sur les questions internationales, la prise en considération des intérêts de chacune des parties et le renforcement de la sécurité et la stabilité en particulier au Maghreb » et dans la zone sahélo-saharienne.

Renforcer la nécessaire coopération régionale

Face aux enjeux sécuritaires que connaît la région du Sahel, une « coopération plus étroite entre les pays limitrophes de cette région en péril » est une priorité. L'accent est mis sur la nécessité de soutenir les initiatives et projets d'intégration régionale tels que l'Union pour la Méditerranée, la coopération 5+5 (*), l'Union du Maghreb Arabe (UMA). L'objectif est de promouvoir l'intégration intra-régionale et d'intensifier la concertation Afrique-UE.

L'UE se dit aussi prête à apporter son total soutien à la réconciliation entre Maroc et Algérie, et souhaite qu'ils « puissent contribuer au renforcement de la coopération régionale ».

Le dialogue politique bilatéral au coeur du plan d'action

Ce dialogue sera établi par l'organisation de Sommets Maroc-UE, de « réunions entre le ministre des Affaires étrangères du Maroc et la Haute Représentante » et de « réunions informelles avec ses homologues européens ». De plus, les hauts fonctionnaires marocains rencontreront les membres des comités et groupes du Conseil de l'UE, notamment le Comité Politique et de Sécurité (COPS), le groupe Maghreb-Mashrek, et le groupe Afrique... Toutes ces réunions seront fixées « sur une base ad-hoc ». Pour renforcer ce dialogue, le Maroc doit exprimer son soutien « au cas par cas aux déclaration et décisions du Conseil de l'UE en matière de politique étrangère et de sécurité commune (PESC) ». Les concertations se feront aussi dans les enceintes de l'ONU.

Le Maroc dans les missions PSDC

Dans le cadre de la coopération pour la prévention des conflits et la gestion de crise, le plan d'action prévoit la conclusion d'un « accord-cadre pour la participation du Maroc aux opérations (civiles et militaires) de gestion des crises de l'UE ». Le Maroc sera invité, « le cas échéant, à participer aux activités de formation en matière de prévention et de gestion des crises organisées par le Collège européen de sécurité et de défense (CESD) ». Le partenariat pour la paix et la sécurité en Afrique doit être développé et le Maroc est incité à contribuer aux efforts de résolutions de conflits. Dans la foulée, la conclusion d'un accord-cadre sur la sécurité des informations est « envisagé ».

Protection civile et CBRN

Le texte prévoit également une coordination et coopération pour la protection civile. L'installation, au Maroc, du Secrétariat du centre Afrique de l'Ouest/Façade Atlantique du Centre d'Excellence Chimique, Biologique, Radiologique et nucléaire (CBRN) est étudiée.

Non-prolifération d'armes de destruction massive

Le Maroc doit s'engager dans la coopération en matière de non-prolifération d'armes de destruction massive et de contrôle d'exportations d'armes. Ceci se fera par une contribution à la Conférence d'examen du Traité de non-prolifération de 2010, une participation active dans les négociations du Traité sur le commerce des armes, la mise en oeuvre nationale de diverses obligations internationales (Agence Internationale de l'énergie atomique, Code de Conduite de la Haye sur prolifération missiles balistiques, traité d'interdiction des essais nucléaires...). L'exportation d'armes légères et de petit calibres sont aussi au coeur des actions à mener par le gouvernement marocains.

(*) Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc, Tunisie - France, Italie, Malte, Portugal, Espagne

Télécharger le Plan d'action.

Lire aussi : Vers un repositionnement français dans tout le Sahel ?