A gauche, un soldat rwandais en uniforme des FRD, et trois autres hommes du M23 portant l'uniforme rebelle similaire (crédit : ONU)

Le Rwanda a aidé le M23 à prendre Goma. Un rapport de l’ONU le prouve

(BRUXELLES2) Le groupe onusien d’experts sur la République Démocratique du Congo est formel, preuves à l'appui. Les positions congolaises au Nord-Kivu ont bien été attaquées par les rebelles du M23, main dans la main avec les forces du Rwanda. Dans un complément au rapport paru début octobre 2012, le groupe d’experts met en exergue toute une série d’évidences que l’armée rwandaise, avec une aide ougandaise* a «pensé, équipé, formé, conseillé, renforcé et directement commandé l’offensive du M23» sur la province du Nord-Kivu du 15 au 22 novembre derniers, comme le précise aujourd'hui un article du New York Times, qui s'appuie sur le document onusien.

Equipements

A gauche, un soldat rwandais en uniforme des FRD, et trois autres hommes du M23 portant l'uniforme rebelle similaire (crédit : ONU)

Pour les experts, l’offensive se préparait depuis 2 mois. Le dernier rapport faisant déjà état d’une accumulation de troupes étrangères et de livraisons de matériels. Des officiers du renseignement ougandais ont rapporté que les rebelles avaient reçu d’importantes livraisons de matériel logistique. Les experts ayant eux-même assisté à la livraison de centaines de bottes aux rebelles. Des uniformes de camouflage, qui ressemblent étrangement à ceux de l’armée rwandaise ont également été livrés. Le but étant, selon le groupe de l’Onu, de créer la confusion en cas de soutien par l’armée régulière rwandaise aux hommes du M23.

Préparations

Trois hauts officiers des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo), quatre responsables locaux et un ex-officier de la FRD ont confirmé que, fin octobre, un bataillon supplémentaire rwandais est venu soutenir les positions du M23 à Bukima et Tshengero. Deux compagnies ougandaises de l’UPDF ont également été redéployées à Busaza, à la frontière avec la ville congolaise de Kitagoma, afin de défendre les territoires sous contrôle du M23 (Rutshuru) alors que ce dernier délaissait ses positions pour prendre Goma.

Ouverture d'un nouveau front sur Kibumba par l'armée rwandaise (Crédit : ONU)

Offensive

Lors de l’offensive rebelle sur l’aéroport de Goma, le groupe d’experts affirment que quatre compagnies de la 305e brigade rwandaise, trois compagnies d’autres brigades et une unité des Forces Spéciales rwandaises franchissaient la frontière pour ouvrir un deuxième front sur Kibumba. En tout, plus de 1000 rwandais ont combattu les FARDC à Kibumba. Auxquels viennent s’ajouter les troupes déjà intégrées au sein du M23 en aval des opérations. A nouveau, lors de la prise de la ville, les 73e et 75e bataillons des FRD soutenaient les rebelles.

Mortier 112mm, appartenant au Colonel Makenga, avant sa desertion des FARDC pour former le M23 en mai 2012 (crédit ONU)

Des membres du groupe d’observation (EJVM) de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs - et composé de militaires - ont entendu des tirs de mortiers émanant du Rwanda.

Plusieurs corps d’assaillants portant l’uniforme rwandais ont également été retrouvés.

Commandement des opérations

Le chef de l’armée rwandaise de l’ouest, le Général Ruvusha aurait lui-même été vu en RDC, commandant les opérations du Colonel rebelle Makenga. Pour les experts de l’Onu, ça ne fait pas de doute, à Kigali les généraux Kabareba, Nziza et Kayonga ont planifié tout la stratégie de l’opération et donner directement leurs ordres à Ruvucha, Makenga et Ntaganga (leader du M23).

(*) Le groupe n’a pas précisé à quel degré provenait le soutien ougandais aux forces du M23, citant seulement un soutien «de l’Ouganda».

Télécharger le rapport original ici

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.