N°69. La formation des garde-côtes et marins libyens par les Européens

(B2) Très vite après le lancement de l'opération Sophia, la nécessité s'est imposée de former les garde-côtes et marins libyens aptes à reprendre le relais des Européens dans leurs eaux territoriales et leur zone de sauvetage.

Formation à la plongée pour les garde-côtes libyens en Croatie (crédit : EUNAVFOR Med Sophia)

Les garde-côtes libyens

La Garde-côte libyenne fait partie de la marine libyenne et dépend donc du ministère de la Défense. Selon un rapport intérieur de EUBAM Libya, de 2017, elle dispose d'un effectif de 3.369 personnes : 261 officiers, 3100 sous-officiers et marins, et 8 fonctionnaires. La plupart sont déployés dans les villes principales de l'ouest : Tripoli, Zabratha, Misratah et Benghazi. Sur les six secteurs qui divisent les eaux territoriales libyennes, les garde-côtes n'en contrôlaient que trois. Les trois autres étant aux mains de forces fidèle au gouvernement de Tobrouk. Lire : Les garde-côtes et garde-frontières libyens ? Pour y voir un peu clair, le point…

La formation : une idée difficile à mettre en pratique

C'est en 2016 que les Européens acceptent, du bout des lèvres, l'idée portée notamment par l'Italie. L'objectif, fixé par le chef d'opération, était de former 500 personnes avant la fin 2017. Cela n'a pas été atteignable dans les délais.

La lenteur de la formation s'explique par trois raisons essentielles : 1° la difficulté de trouver des noms de garde-côtes (ce sont les Libyens qui les fournissent), 2° la procédure de vérification (veting) qui a été renforcée (elle dure 7 semaines) ; 3° les difficultés internes aux Européens notamment pour savoir qui financerait cette formation. La question de savoir s’il était possible de donner un per diem (indemnité journalière) aux Libyens en formation (une revendication des Libyens) a notamment été délicate à résoudre.

Trois cycles : formation basique, perfectionnement et formation opérationnelle

La formation des garde-côtes se déroule selon trois cycles. Le premier, dit de « formation basique » vise à donner des rudiments du cadre d’action en mer : le droit international humanitaire, la loi maritime, la recherche et le sauvetage, le contrôle des pêches, la protection maritime de l’environnement, des notions de langue (l’anglais, langue maritime internationale).

Le second cycle, de « perfectionnement », dure normalement 14 semaines et concerne des groupes de militaires de différents rangs, sur différents points spécialisés. Certains cours sont assez théoriques, d’autres plus techniques. Exemple : les aspects juridiques avec le renseignement, la collecte de preuves et les enquêtes sur une scène criminelle ; la maintenance ; les visites et inspections de bord (Visit, board, search, and seizure ou VBSS).

Enfin, le troisième cycle, proprement opérationnel, dure environ huit semaines. Réalisé en mer, il permet aux équipages et officiers de mettre en pratique toutes les connaissances théoriques, engrangées dans les différents séminaires. Ceci se fait à bord des dix navires de patrouille, remis en condition opérationnelle par les Italiens, et rendus aux autorités libyennes.

Lire : Le corps de garde-côtes libyens en voie de reconstitution

Sur ce sujet, voir aussi les dossiers connexes :

Chronologie 

2016 : des débuts difficiles 

Le 18 avril 2016, les ministres approuvent un compromis pour élargir a minima le mandat. L'idée de la formation des garde-côtes libyens, défendue notamment par les Italiens et le commandant de l'opération Enrico Credendino qui avait dit vouloir réfléchir à une mission de formation des garde-côtes libyens, passe.

Le 20 mai 2016, le Premier ministre libyen demande l’aide de l’UE*. Fayez el-Sarraj adresse formellement une lettre à la Haute représentante de l'UE pour demander un « soutien rapide de l'UE » d'une part à la « formation de la marine et à la garde-côtière libyenne », d'autre part aux « services de sécurité ». Les 28, à peu près, satisfaits

Le 23 mai 2016, les ministres des Affaires étrangères de l'UE approuvent l'élargissement des missions de l'opération EUNAVFOR Med / Sophia — formation des garde-côtes, embargo sur les armes. Mais il s'agit, pour l'instant, surtout d'un accord de principe, au plan politique, entérinant ainsi l'accord survenu entre les ambassadeurs du COPS (Comité politique et de sécurité) début mai. Lire : L’extension des tâches d’EUNAVFOR Med : il faudra encore un peu du temps !

♦Lundi 20 juin 2016, les ministres des Affaires étrangères de l'UE confient à l'opération Sophia la tâche de la formation des garde-côtes libyens. Lire : Nouveau cap pour l’opération Sophia : deux tâches nouvelles et un peu plus…

Le 23 août 2016, un mémorandum d’accord est signé entre EUNAVFOR Med et la garde-côte libyenne* entérinant le processus de formation des garde-côtes.

Fin septembre 2016, la mise en place de la formation des garde-côtes libyens se heurte encore à certaines difficultés notamment au plan financier. Lire : De nouvelles tâches pour EUNAVFOR Med Sophia. Non sans difficulté.

Jeudi 6 octobre 2016, le Conseil de sécurité des Nations unies prend « note » des missions « supplémentaires » confiées à la mission européenne notamment sur la formation des garde-côtes libyens. Télécharger la résolution

Début octobre 2016, le vice-amiral Credendino confirme que la formation des garde-côtes démarre avec un premier 'batch' de 88 personnes. Dès « décembre, nous commencerons la deuxième étape, qui comptera 500 ou 600 personnes ». Un chiffre qui pourrait être augmenté car l'amiral italien espère « allonger la liste ». Objectif : être opérationnel avant l’été 2017 (Credendino)*

Jeudi 27 octobre 2016, la formation des garde-côtes libyens commence sur deux navires, spécialement dédiés à cette fonction : le navire de débarquement italien San Giorgio et le Néerlandais Zs Ms Rotterdam.

Novembre 2016. En visite sur le Zs Ms Rotterdam, la ministre néerlandaise de la Défense Hennis-Plasschaert a souligné l'importance de former les garde-côtes libyens. « Un corps de garde-côtes fonctionnant correctement est essentiel pour contrôler les flux migratoires en provenance de Libye vers l'Europe. Nous avons donc un intérêt à ce que les garde-côtes libyens soient à même d'exécuter cette tâche efficacement. » (Carnet (04.11.2016)

Le week-end des 26 et 27 novembre 2016, se termine la première phase de formation pour 78 stagiaires des garde-côtes libyens sur le navire néerlandais Zr Ms Rotterdam. Fin de la première phase de formation des garde-côtes libyens

Lundi 19 décembre 2016, le Conseil de l'UE (en format "Environnement") approuve une modification à la décision de l'opération Sophia, l'autorisant à échanger et conserver des données plus largement dans le cadre de ces nouvelles tâches de formation des garde-côtes libyens. Elles ne sont pas si anodines qu'il n'y parait.

2017 : la formation s'accélère 

Mercredi 25 janvier 2017, la Commission européenne approuve, dans une communication le principe d'une ligne budgétaire d'un total de 200 millions d'euros pour aider les pays d'Afrique du nord, principalement la Libye, à faire face à la crise migratoire, notamment en renforçant ses moyens opérationnels en mer. L’UE veut renforcer les moyens en Libye et l’action des garde-côtes libyens (le plan de la Commission.

Lundi 30 janvier 2017, le commandant de l'opération en Méditerranée (EUNAVFOR Med), le contre-amiral Enrico Credendino, et le commandant de la Guardia di Finanza, le général Giuseppe Zafarana, signent un accord technique pour la formation de la Garde côtière libyenne et de la Marine libyenne. Les douanes italiennes vont prendre les stagiaires libyens à bord des patrouilleurs italiens. La formation des garde-côtes libyens continue. Le deuxième niveau commence.

Jeudi 2 février 2017, le Premier ministre Fayez al-Sarraj, en visite à Bruxelles, souligne l'urgence pour la Libye de« moderniser sa flottille navale et renforcer ses capacités ». La Libye prête à stopper les migrants… en échange d’aide financière et matérielle (Fayez al-Sarraj)

Vendredi 3 février 2017, au sommet de La Valette, la déclaration finale énumère neuf mesures destinées à « briser le modèle économique » des passeurs, à sécuriser les frontières du pays ou encore à assurer des conditions décentes aux migrants bloqués dans la région. Les Européens s’engagent à aider la Libye contre la migration ‘illégale’

Mercredi 8 février 2017, une première vague de marins libyens (89 exactement) reçoit sur le San Giorgio, le navire italien ancré dans le port de la Valette (à Malte), leur diplôme de fin de formation. Les premiers garde-côtes libyens diplômés !

Jeudi 27 avril 2017, à l'issue de la réunion informelle des ministres de la Défense de l'UE à La Valette (Malte), la Haute représentante Federica Mogherini s'engage à « évaluer » dans les « prochains mois » la liste des équipements envoyée à l'Union européenne par le gouvernement libyen de Fayez al-Sarraj. Les Européens étudient la demande d’équipements des garde-côtes libyens… attentivement

Mardi 20 juin 2017, le représentant spécial de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, critique vivement la formation des gardes-côtes libyens.  L’UE doit arrêter de former les garde-côtes libyens !

Mardi 25 juillet 2017, le mandat de l'opération est modifié pour intégrer le suivi (monitoring) des garde-côtes libyens formés par l'UE, pour éviter les dérives constatées ces derniers mois. Lire : L’opération Sophia, est renouvelée, in extremis. La génération de forces en question et L’opération Sophia va être prolongée et ses tâches étendues (télécharger la décision)

Vendredi 28 juillet 2017, pour « renforcer les capacités opérationnelles » des garde-côtes libyens, une enveloppe de 46 millions d'euros est débloquée au titre du Fonds fiduciaire pour l'Afrique annonce la Commission européenne. Lire : L’UE se décide à financer l’équipement des garde-côtes libyens

Mardi 1er août 2017, le chef de l'opération européenne EUNAVFOR Med Enrico Credendino est à Tripoli, avec le chef de la délégation de l'UE pour la Libye et le chef d'EUBAM Libya pour discuter avec les autorités libyennes de l'extension du mandat de l'opération, notamment la mise en place d'un dispositif de suivi (monitoring) des garde-côtes et une nouvelle phase de formation de ceux-ci. (communiqué). Lire : Les Européens veulent mieux assurer le suivi des gardes-côtes libyens*

Mercredi 2 août 2017, le Parlement italien approuve l'extension géographique de l'opération "Mare Sicuro", permettant à la mission navale militaire d'entrer dans les eaux territoriales libyennes. L'objectif annoncé est d'apporter un « soutien technique aux gardes-côtes libyens dans la lutte contre les trafiquants d'êtres humains » en permettant aux navires italiens d'entrer à l’intérieur des eaux territoriales libyennes, soit dans la zone des 12 miles depuis les côtes.

A la mi septembre 2017, la République tchèque annonce une aide de 1,3 millions de couronnes (50.000 euros) pour financer l’entraînement des garde-côtes libyens, selon le ministère de la Défense. Une aide qui complète celle approuvée, en juillet dernier, de 24 millions de couronnes (environ 900.000 euros). Carnet (27.09.2017).

Le 17 septembre 2017, un deuxième pack de formation commence pour 87 marins de la garde-côte et de la marine libyenne à l’école des sous-officiers de la marine italienne à Tarente pour parfaire leurs connaissances. Les garde-côtes libyens en formation à Tarente*

Le 9 octobre 2017, des procédures de suivi sont mises en place dans un plan d'opération (version 5.0) pour assurer le suivi des garde-côtes et marins libyens formés par l'UE.

Le 17 octobre 2017, une note de concept est rédigée et distribuée  aux États membres, pour assurer le suivi des garde-côtes et marins libyens formés par l'UE.

Vendredi 16 novembre 2017, les 59 membres de la Marine et de la Garde côtière libyenne formés, depuis le 17 septembre, à l'école navale de Tarante (Italie) reçoivent leur diplôme de patrouille («Patrol Boat Crew Training»). Fin de formation pour les garde-côtes libyens

2018 : vitesse de croisière 

En mai 2018, une formation donnée par la marine hellénique pour 22 marins et gardes-côtes libyens se termine en Crète, les stagiaires sont ramenés en Tunisie par un avion autrichien. Les garde-côtes libyens formés par l’UE s’envolent avec Austrian Air Force

Fin juin 2018, selon un dernier bilan (obtenu par B2), l'opération EUNAVFOR Med Sophia a formé en tout 213 membres du personnel des garde-côtes de la marine libyenne. Combien de garde-côtes libyens ont été formés par les Européens ? (V2)

Lundi 16 juillet 2018, la Haute représentante de l'UE confirme à B2 avoir « proposé aux ministres de mettre à disposition les ressources pour que l'opération Sophia puisse être à Tripoli, avec une petite présence physique et faire le monitoring des garde-côtes. Le suivi des garde-côtes libyens soumis à une hypothèque financière. Le mandat de Sophia élargi

Fin juillet 2018, 26 marins et gardes-côtes libyens terminent leur second module d'entraînement, débuté le 2 juillet, à l’école d’infanterie de marine de Carthagène, dispensé par la marine espagnole. En tout, 237 personnels de la marine et des gardes-côtes libyens ont déjà été formés par l’opération européenne Sophia. Formation terminée pour 26 marins et garde-côtes libyens

Le 8 octobre 2018 débute un module de formation « niveau2 » dans le centre de formation de la marine italienne à La Maddalena (Italie), pour 69 stagiaires sélectionnés. Le module comprend deux cours différents : l’un pour les « officiers de pont» l’autre pour les « chargés de maintenance (lire : 69 garde-côtes et marins libyens en Italie pour une formation). Il se termine le 30 novembre avec la remise des diplômes à 64 personnes. Au total, 320 membres du personnel des gardes-côtes et de la marine libyens formés par EUNAVFOR Med ont déjà été formés. Une formation des garde-côtes libyens se termine à La Maddalena

2019 : la formation devient indépendante 

Lundi 25 février 2019, un cours de base sur les plongeurs navals est assuré au centre de formation de la marine croate à Split (Croatie) pour sept candidats sélectionnés. Le cours, organisé par la marine croate, doit fournir « des connaissances et une formation sur les procédures de plongée, les techniques spéciales liées au personnel de la garde côtière et de la marine ». Le cours se termine le 29 mars 2019. Les garde-côtes et marins libyens formés en plongée

Jeudi 28 février 2019, un module de formation démarre au centre de formation opérationnelle OTAN sur l’interdiction maritime (NMIOTC) à Souda (Crète), axé sur la visite à bord, la recherche et la saisie de navires (module dit Visit Board, Search & Seizure Vessel) pour 25 stagiaires libyens. La formation se termine le 15 mars avec la remise des diplômes pour 25 stagiaires. Plus de 355 agents des gardes-côtes et de la marine libyens ont été formés annonce l'opération. Fin de formation à Souda pour les garde-côtes libyens

...

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.