L’attaque de Sobane : un crime contre l’humanité ? L’Europe pose la question

(B2) Le massacre d'une centaine de civils, dimanche (9 juin), par des groupes armés dans le village de Sobane, dans le centre du Mali a provoqué une réaction rapide au niveau européen. Le même jour, une vingtaine de personnes ont été tuées lors d'une attaque dans la commune d'Arbinda, dans le nord du Burkina Faso

De possibles crimes de guerre

« Ces exactions contre des populations peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité », a réagi lundi soir (10 juin) la porte-parole du service diplomatique européen (SEAE) Maja Kocijancic. Des enquêtes « doivent être conduites immédiatement » somme la porte-parole. « Les auteurs doivent être traduits devant la justice dans les meilleurs délais ». Elle appelle également les autorités à « [redoubler d']efforts pour assurer la protection des populations et [s’engager] dans la mise en œuvre du processus de dialogue et de réconciliation avec toutes les communautés », ainsi qu'à engager, « en urgence », « un processus de désarmement et le démantèlement de l’ensemble des milices et des groupes d’autodéfense qui sévissent dans ces régions ».

L'ONU appelle au sursaut national

« J’appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice », a également fait savoir Mahamat Saleh Annadif, Représentant spécial du secrétaire général de l'ONU au Mali et chef de la MINUSMA. Dans une interview à RFI (extrait), il insiste sur la lutte contre l'impunité « qui s'impose » et appelle à « un sursaut national » pour mettre fin au cycle infernal de « banalisation » des violences meurtrières.

(ES)

Télécharger :

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.