Un nouveau commandant (français) d’opération pour EUFOR Althea

(B2) Le général Hubert Cottereau a pris ses fonctions de nouveau commandant d'opération de EUFOR Althea (BiH). Avec effet rétroactif au 1er septembre. A un moment crucial.

Le général Cottereau aux USA (DR)
  • L'opération européenne est sous la menace d'un veto russe au Conseil de sécurité. Ce qui signerait la fin de 18 ans de présence militaire. Et une entrée dans l'inconnue en Bosnie-Herzégovine (article à suivre).
  • La décision a été entérinée par les ambassadeurs des 27 au comité politique et de sécurité (COPS) mardi (13 septembre) puis par le Coreper mercredi (14 septembre).
  • B2 l'avait annoncé en avant-première dans son Carnet 13.09.2022

Un commandant de l'OTAN

Hubert Cottereau est le numéro 3 du SHAPE, le commandement des forces alliés à Mons (Belgique). C'est-à-dire le vice-chef d'état-major qui assure le commandement d'opération depuis le départ des Britanniques de l'Union européenne (lire : Brexit oblige, le commandement de l’opération EUFOR Althea va passer à un Français).

L'ancien titulaire, le général Brice Houdet, étant parti au terme d'une rotation compliquée (1), la France a nommé un nouveau vice-chef d'état-major. Une conséquence du statut de Berlin Plus sous lequel est placé EUFOR Althea depuis ses débuts en 2004.

Un bon connaisseur des Américains

Issu de l’armée de terre et notamment du 2e régiment de hussards, qu’il a commandé de 2009 à 2011, H. Cottereau a été également en poste à Norfolk (2011 à 2013) comme assistant du chef de l’ACT (commandement transformation de l'OTAN, Stéphane Abrial), et surtout le commandant adjoint d'astreinte de la 3e division d’infanterie de l'US Army à Fort Stewart (2019 à 2021), un témoignage assez rare de confiance de la part des militaires américains.

Un planificateur stratégique

Il a été aussi directeur adjoint des affaires internationales et stratégique au SGDSN (le secrétariat général de la Défense et de la Sécurité Nationale) de juillet 2014 à juillet 2016 puis le chef J5 planification et politique du CPCO (le centre de commandement des opérations de l'armée française) entre juillet 2016 et juillet 2018, avant d'être le chef opérations de la MINUSMA (2018). En dernier lieu, il était commandant de la 3e division française, basée à Marseille (France).

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. En cause selon le média bosnien istraga.ba : de « nombreuses plaintes concernant son travail en Bosnie-Herzégovine ». Le général, de formation légionnaire, étant plutôt connu pour son coté abrupt. Mais selon d'autres sources, on est vraiment face à un problème personnel (maladie) et le général a interrompu ses fonctions avant le terme prévu (il restait encore un an à faire). Et celui-ci avait une solide expérience du terrain

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.