[Alerte] Enfin ! Un accord sur le SCAF en passe d’être trouvé entre industriels. La phase 1B engagée (v2)

(B2) L'accord sur le système de combat aérien du futur (SCAF) a été annoncé à Berlin comme à Paris, ce vendredi (18 novembre). Après d'intenses négociations.

Un accord atteint, en voie d'être signé

Un « accord est en passe d'être atteint » — s'est réjoui le ministère allemand de la Défense qui a été le premier à communiquer sur le sujet. Il est « sur le point d'être conclu » a très vite confirmé l'Élysée dans un communiqué envoyé à l'AFP, dont B2 a eu copie.

Un an et demi de retard

Signé en août 2021 par les ministres de la Défense du trio franco-allemand-espagnol, le programme va pouvoir entrer dans sa phase 1B (financement du démonstrateur) un an et demi après. Les industriels Airbus Defense & Space (Allemagne, Espagne) et Dassault Aviation (France) ont trouvé un accord sur la répartition des tâches pour l'avion de combat (NGF), l'élément central du dispositif.

Une négociation difficile

Après un passage à vide d'un an, en raison d'élections de part et d'autre du Rhin, les discussions reprennent au début de l'été 2022. Des premières pistes pour un accord sont trouvées fin septembre avec pour objectif de le formaliser lors du sommet franco-allemand prévu au mois d'octobre (lire : [Confidentiel] Le SCAF (presque) débloqué. Un accord entre industriels imminent). Le regain de tensions entre Paris et Berlin a retardé d'autant le processus (lire : [Décryptage] Au coeur de la crise franco-allemande, la Défense).

Accord salué à Paris comme à Berlin

C'est « un grand pas en avant et — surtout en ces temps — un signe important de l'excellente coopération germano-française-espagnole », ont déclaré dans des communiqués Paris et Berlin dans des termes semi-équivalents. « Sur la voie de la force aérienne du futur en Europe, il est démontré une fois de plus que nous ne pouvons relever qu'ensemble des défis considérables », insiste la ministre fédérale de la Défense Christine Lambrecht.

Projet mené par la France à égalité

« Cela renforce les capacités militaires de l'Europe et garantit un savoir-faire important pour notre industrie et, plus largement, pour l'industrie européenne » ajoute-t-on à l'Élysée. « Le projet, qui est sous la responsabilité globale de la France, sera poursuivi dans une approche coopérative sur un pied d'égalité » s'empresse de rappeler l'Allemagne.

Encore quelques formalités à accomplir

La signature définitive du contrat n'aura cependant lieu que dans les prochains jours. Une fois que les gouvernements auront formellement donné leur accord. La commission du budget du Bundestag doit aussi donner son approbation. Ce qui, selon la presse allemande, ne devrait pas poser de problème et est juste « une question de forme ». Les partis de la coalition (socialiste, libérale, écologiste), ainsi que la CDU (chrétien-démocrate) favorable à l'accord, ayant une nette majorité à la chambre. Le résultat des négociations industrielles comme de l'accord politique gouvernemental a été transmis ce vendredi indique le ministère allemand de la Défense.

(Agnès Faure, avec Nicolas Gros-Verheyde)

Documents :

Mis à jour sur la transmission au Bundestag et corrigé sur le futur proche employé dans les deux communiqués.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.