Ukraine et Balkans à l’agenda du Conseil des Affaires étrangères (16 mai 2022)

(B2) C’est toujours l’Ukraine qui va constituer le centre des discussions des ministres des Affaires étrangères de l’UE, lundi (16 mai). Reconstruction, sécurité énergétique, crimes de guerre… Les sujets ne manquent pas. Mais la situation fragile des Balkans inquiète aussi. Les 27 veulent s’impliquer davantage. La réunion commence par une

Les négociations sur l’Iran dans l’impasse : un gros problème, les sites clandestins dénonce l’AIEA

(B2) Pour Rafael Grossi, le directeur de l’agence internationale de l’énergie atomique, l’heure n’est pas vraiment à l’optimisme. L’Iran a une stratégie opaque en matière de prolifération nucléaire. Le directeur de l’AIEA était auditionné par la commission des Affaires étrangères du Parlement européen ce mardi (10 mai). Audition (à distance)

Guerre en Ukraine. L’oubli de la médiation. Un recul de la diplomatie européenne. Un risque réel

(B2) L’intervention militaire russe en Ukraine et la guerre qui a suivi démontrent l’absence cruelle de la capacité d’anticipation et de médiation de l’Union européenne. Comme si elle était tétanisée par ce conflit conventionnel à ses portes et avait oublié ses anciens préceptes. Un défaut d’initiative patent, grave, qui a

La guerre russe en Ukraine et la Global gateway à l’agenda du Conseil des Affaires étrangères (11 avril 2022)

(B2) Le conflit en Ukraine, ses conséquences pour l’Europe, pour le monde, la pression nécessaire sur l’agresseur russe seront au centre des débats de la réunion des ministres des Affaires étrangères lundi (11 avril). Encore une fois. Autres sujets : les routes de la soie européennes (Global Gateway), la Libye,

Les expulsions de diplomates russes s’accélèrent en Europe. Motif : espionnage et exactions (v8)

(B2) Plusieurs pays européens ont annoncé ces jours derniers des expulsions de diplomates russes. Le motif n’est pas anodin : menace à la sécurité nationale, espionnage ou propagande pro-russe. Le nombre n’est pas négligeable. En tout, 439 diplomates et employés russes (selon notre dernier décompte) sont ainsi priés de quitter

Entre UE et Chine, les divergences s’affichent sur la guerre en Ukraine

(B2) La réunion au sommet par visio-conférence entre les responsables de l’Union européenne et les Chinois n’a pas vraiment apporté de vision convergente. Au contraire. « Nous comptons sur le soutien de la Chine pour obtenir un cessez-le-feu durable, mettre fin à cette guerre injustifiable et résoudre la crise humanitaire

JCPOA. Un ou deux problèmes à régler entre Iran et USA. Le négociateur européen fait la navette

(B2) Le négociateur européen Enrique Mora est à Téhéran ce week-end (27 mars) pour rencontrer le négociateur iranien Bagheri Kani. Objectif affiché : tenter de régler les derniers problèmes. Pas minces apparemment. Des lacunes restantes Il faut « travailler à combler les lacunes restantes dans les discussions de Vienne. Nous

Oncle Joe avec les 27 pour parler Ukraine et Russie. Les autres sujets à l’agenda du Conseil européen (v2)

(B2) Le président américain Joe Biden sera l’invité d’honneur du Conseil européen ce jeudi 24 mars pour parler Ukraine et Russie. Un mois après le début de l’offensive militaire décidée par le Kremlin en direction de Kiev. Sujet primordial, même s’il n’est pas le seul. Au menu des 27 :

L’Union européenne aurait pu arrêter la Russie avant (O. Reznikov)

(B2) Le ministre ukrainien de la Défense Oleksii Reznikov a tenu à rappeler aux eurodéputés que l’Union européenne est en partie responsable de la guerre actuelle en Ukraine. Selon lui, l’UE ainsi que la communauté internationale, auraient pu arrêter la Russie avant. Jeudi (17 mars), le ministre était présent en

La Russie bloque le JCPOA. La négociation sur le nucléaire iranien interrompue. Un contre-effet guerre en Ukraine

(B2) La réintégration des Américains et le retour des Iraniens aux règles du JCPOA, comme la levée concomitante des sanctions attendront. L’accord était pourtant écrit. Ou presque. Le veto russe a tout interrompu. En cause la guerre en Ukraine et surtout les sanctions majeures prises par les USA et les

Russie. La quatrième vague de sanctions attendra un peu. Banques, Oligarques, marine marchande dans le viseur

(B2) Les Européens semblent déterminés à continuer à faire pression sur la Russie. Mais pas tout à fait d’accord sur l’ampleur de la quatrième vague de sanctions. Directement après la réunion de l’OTAN, les ministres des Affaires étrangères de l’UE (lire : Guerre en Ukraine. L’OTAN se limitera à défendre ses

L’ONU condamne l’agression russe à une large majorité. Mais une bonne partie de l’Afrique regarde ailleurs

(B2) L’assemblée générale de l’ONU a voté à une large majorité mercredi (2 mars) une résolution condamnant « l’agression » de la Russie contre l’Ukraine. Cette résolution initiée en particulier par l’Union européenne était soutenue par 93 pays. Elle fait suite à un échec au Conseil de sécurité des Nations

Le Golfe en voie de devenir un vrai partenaire de l’Union européenne

(B2) Les ministres européens le souhaitent. Les pays du Golfe également. Un nouveau partenariat avec le Golfe est bien en route. C’est le principal résultat du conseil conjoint entre Européens et Arabes qui s’est tenu en marge de la ministérielle des Affaires étrangères lundi (21 février). La déclaration établie lors

Conseil européen. Entre gravité et émotion. Le président ukrainien Zelensky seul face aux 27

(B2 au Conseil européen) Réunis à Bruxelles en Conseil européen extraordinaire jeudi (24 février), les 27 leaders ont, tous, tenu à s’exprimer sur la guerre en Ukraine pour condamner la Russie. Ils ont aussi écouté leur homologue ukrainien. Sans vraiment lui promettre ce qu’il attendait. La réunion a duré six

La Chronique du FAC. Ce qu’il faut retenir du Conseil des Affaires étrangères (21 février 2022)

(B2) La réunion lundi (21 février) a été intense. Et pour cause, la pression militaire et politique de la Russie aux frontières de l’Ukraine était forte. L’hypothèse d’une potentielle invasion flottait dans toutes les pensées. Au point d’éclipser les autres sujets du moment : la présence des missions de l’UE

Les Européens avertissent les Serbes de Bosnie. Débloquez la situation sinon…

(B2) Malgré une réunion consacrée surtout à l’Ukraine et la Russie, les ministres des Affaires étrangères ont voulu parler de la Bosnie-Herzégovine, lundi (21 février). Une nécessité pour les pays de la région, très inquiets. Aucune décision de prise. Mais le sujet mobilise les esprits. Lors de la réunion de

Sécurité à l’Est, Golfe et Bosnie-Herzégovine à l’agenda du Conseil des Affaires étrangères (21 février 2022)

(B2) La sécurité européenne à l’Est du continent (Ukraine, Biélorussie, Moldavie, Russie) sera au centre de la réunion des ministres des Affaires étrangères lundi (21 février), ainsi que la situation en Bosnie-Herzégovine. La réunion sera longue démarrant à 8h30 pour se terminer vers 17h. Seront aussi abordés la diplomatie climatique,

Russie-Ukraine. Démonstration d’unité européenne à Strasbourg

(B2) Alors que la Russie annonce le retrait d’une partie de ses troupes à la frontière ukrainienne, les Européens maintiennent un haut niveau d’alerte et de vigilance, front uni face au Kremlin. Ce jour, l’Union européenne a parlé d’une même voix. Démonstration ce matin dans l’hémicycle du Parlement européen, à Strasbourg.

Évacuation des ambassades à Kiev. Une voix européenne qui diffère celle des Américains

(B2) L’affolement qui semble régner à Washington et Londres en termes de menace sur l’Ukraine avec réduction du personnel dans les ambassades à Kiev ne semble pas vraiment partagé au niveau européen. Une analyse européenne divergente Le Haut représentant de l’UE l’avait indiqué, le 24 janvier, en clôture de la

L’exfiltration d’Afghanistan des personnes vulnérables continue. Deux millions d’euros débloqués pour une action d’urgence

(B2) L’Union européenne a décidé jeudi (3 février) de déclencher une action d’évacuation de ses anciens personnels et d’autres personnes sensibles en Afghanistan. Cette action opérationnelle est menée au titre de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Elle est la formalisation d’une action entreprise depuis le 1er juin

Format Normandie. Paris et Berlin reprennent l’initiative

(B2) La réunion entre les quatre sherpas français, allemand, russe et ukrainien, ce mercredi (26 janvier), a permis d’avancer. Un peu. Laborieusement. La première réunion depuis deux ans ! L’Élysée espérait un signe de Kiev et de Moscou pour relancer un dialogue bloqué depuis deux ans. La dernière réunion, au

Russie-Ukraine. De singulières nuances entre Européens et Américains. Une unité, sur deux tons

(B2) Derrière les portes fermées, dès qu’on aborde l’appréciation de la situation ou les modes d’action, notamment en matière d’équipement militaire, les différences ressurgissent entre Européens et Américains. L’alarmisme exagéré outre-Atlantique n’est pas partagé sur le continent. C’est le principal constat qu’on peut faire à l’issue du Conseil des Affaires