N°54. L’Europe de la défense. De 1948 à 1999 : prémices et premiers pas balbutiants

(B2) Après la Seconde guerre mondiale (et même durant), l’idée d’une union indéfectible des États européens par le biais d’une armée commune pour éviter toute tentation de guerre ultime s’impose. Passées les premières années, cette idée s’effritera devant les réalités

L’UEO, l’Union pour l’Europe Occidentale : un embryon de défense européenne jamais abouti (fiche)

(B2) Destinée à illustrer la volonté commune de défense européenne — avec une idée sous-jacente, d’empêcher tout réarmement notable de l’Allemagne — l’Union de l’Europe Occidentale n’a jamais vraiment pu arriver à une phase opérationnelle et politique active. La création de

La famille européenne rassemblée au sommet de Nice avant l'ouverture des "hostilités" (crédit : CE)

Le sommet de Nice et un nouveau Traité : mettent de nouvelles structures politico-militaires

(B2) Sur le plan de la politique étrangère, le sommet de Nice, clôturé le 11 décembre 2000, au terme de quatre journées et trois nuits acharnées de négociations, n’a pas été le demi-échec, souvent souligné dans les autres domaines[1]. Il consacre

N°02. L’Europe face à la guerre en Bosnie

(B2) Absorbés par la guerre en Croatie, préoccupés par leurs problèmes internes (Euro, référendum de ratification, processus d’adhésion…), les Européens ne voient pas venir la crise en Bosnie-Herzégovine. Il faudra l’intervention américaine décidée par le nouveau président Bill Clinton pour