N°25. EUFOR Rca, une « vraie » opération d’interposition

N°25. EUFOR Rca, une « vraie » opération d’interposition

BadgeEUFOR Rca 2014-02-27 17.28.04

© NGV / B2

(B2) L'opération militaire de l'UE de stabilisation en République centrafricaine (EUFOR RCA) a eu une ambition limitée au niveau géographique — deux arrondissements de Bangui, ainsi que l'aéroport — et dans le temps — une durée de neuf mois et prolongée de trois mois supplémentaires. Malgré des débuts difficiles, et un environnement instable, elle a réussi.

Les conditions de la mission

A la mi-mars, l'Union européenne démarre les négociations pour définir les modalités de transfert à la République centrafri­caine de personnes privées de leur liberté par l'opération militaire de l'Union européenne (EUFOR RCA), conditions sine qua none de la mission.  Les modalités d’arrestation et transfert de prisonniers par EUFOR RCA. Détails *

L'accord international sur le transfert des personnes arrêtées par EUFOR RCA en vigueur* est signé en août 2014.

La génération de force

Le 20 janvier 2014, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne approuve le principe de la mission

Le 28 janvier 2014, le Conseil de sécurité des Nations-Unies, dans la résolution 2134, autorise « autorise l’opération de l’Union européenne à prendre toutes les mesures nécessaires, dans la limite de ses capacités et dans ses zones de déploiement, dès son déploiement initial et pendant une période de six mois à compter de la date à laquelle elle aura déclaré être pleinement opérationnelle ». Le général français Philippe Pontiès est désigné comme commandant d’EUFOR RCA Bangui. L’Etat-major en passe d’être constitué

Le 10 février 2014, le cadre juridique de la mission est adopté par le Conseil de l’UE. La décision EUFOR RCA Bangui (presque) adoptée

La première conférence de génération de forces a lieu le 13 février 2014EUFOR RCA : l’état des forces… environ 900 hommes ?

Lundi 17 mars 2014, le conseil des Affaires étrangères approuve le plan d'opération (OPLAN) ainsi que les règles d'engagement (ROE) pour l'opération.

Une troisième conférence de génération de forces doit être convoquée le 2 mars 2014, au vue des difficultés. Lire : Le dernier état de préparation de EUFOR RCA (Gén. Pontiès)

Vendredi 21 mars 2014, lors du Sommet européenne, des discussions formelles et informelles se déroulent entre les chefs d'Etats et de gouvernements, à la recherche des éléments manquants*

Le 28 mars 2014, la première réunion de la conférence de génération a lieu. C'est globalement   un bien timide feu vert. L’état des forces 

Début avril 2014  le général Ponties souligne l'urgence à déployer EUFOR RCA*. Il y aura eu trois conférences de génération de forces. Globalement la mission est engluée dans un drame budgétaire

A la mi-avril 2014, l'Allemagne décide de s'engager, apportant 80 militaires. Lire : L’engagement allemand en Rép. centrafricaine. Le mandat pour EUFOR RCA*

La mise en place de la mission

Le samedi 5 avril 2014, Les premiers éléments se déploient à Bangui. Les unités de commandement et de logistique se déploient à Bangui. Il s’agit pour le moment de ce qu’on appelle en terme militaire un «harpon» d’état-major qui va permettre ensuite de « contribuer à la montée en puissance de l’EUFOR ».

Le 30 avril 2014, la capacité opérationnelle initiale est atteinte. EUFOR RCA est donc lancée ! et les premiers soldats de l'EUFOR RCA prennent la relève des forces de l'Opération Sangaris à l'aéroport de Bangui qu'ils sont chargés de sécuriser.

En mai 2014, c'est la présence des Géorgiens à Bangui qui pose problème. Au final, 140 militaires géorgiens sont déployés à Bangui.

Dimanche 15 juin 2014, EUFOR RCA atteint sa pleine capacité opérationnelle. Environ 650 soldats et gendarmes sont déployés sur le terrain. La compagnie « sécurité » d’EUFOR RCA est elle aussi formée, bien que ce soit les pieds dans la boue.

Le commandant de la mission explique les critères de réussite

Un premier bilan

Dès septembre 2014, la mission semble prouver son efficacité. l’Europe est au rendez-vous. Objectif : préparer la transition D'ailleurs sa prolongation est posée sur la table

Mardi 21 octobre, le Conseil de sécurité des Nations Unies donne le Feu vert à la prolongation de l’opération EUFOR Rca

Vendredi 7 novembre 2014, l’opération EUFOR RCA prolongée de six mois et une autre mission à l’étude.

Le 17 novembre 2014, les militaires européens ont passé, officiellement, le relais aux casques bleus de la MINUSCA. Transfert de responsabilité à l’aéroport de M’Poko

En décembre 2014, le premier bilan de la mission 8 mois et demi après son lancement*

La vie de la mission

Vendredi 7 juillet 2014, trois militaires français d’EUFOR Rca sont blessés à Bangui sont blessés légèrement, à Bangui, à un des barrages. Après l’arrestation d’un responsable de « bande », la situation s’est tendue dans la capitale. Appartenant au 152e régiment d’infanterie de Colmar, ils ont été atteint par le tir d'une grenade.

En août 2014, de violents incidents à Bangui font plusieurs blessés chez EUFOR RCA et Sangaris. Il y a pourtant eut une certaine lenteur à confirmer

Fin août 2014, les militaires italiens arrivent enfin. Le génie italien à l’oeuvre en Centrafrique

Le 6 novembre 2014Un militaire français d’EUFOR RCA décède de maladie

Mardi 20 janvier 2015, une patrouille espagnole a été attaquée à Bangui après avoir identifié un suspect. Lire: Incident à Bangui lors d’une interpellation par les forces européennes 

Jeudi 29 janvier 2015, le pont de l’Unité est ouvert. Permettant la communication entre plusieurs quartiers de Bangui, c'est le résultat d'une coopération très européenne

Reportage à Bangui - octobre 2014

Fin de mission

En février 2015, les  Européens rentrent progressivement de Bangui. Le général Ponties se montre globalement satisfait, malgré les difficultés initiales. Lire : EUFOR mal engagée, bien terminée. « Mission accomplie » dit le général Pontiès

Le 15 mars 2015, elle est remplacée par la mission militaire européenne de conseil en République centrafricaine (EUMAM RCA).

Les allégations de viols

Mercredi 29 avril 2015The Guardian révèle qu’un rapport interne a été rédigé par l’ONU, faisant état d’abus sexuels par des soldats chargés du maintien de la paix en Centrafrique entre décembre 2013 et juin 2014, sur la foi de témoignages recueillis par une ONG américaine. Des Français de Sangaris semblent impliqués mais aussi des Géorgiens pourraient l'être. Lire. Soupçons d’abus sexuels en Centrafrique : des Géorgiens de la mission EUFOR RCA mis en cause ?

Vendredi 29 janvier 2016, un nouveau rapport préparé par le haut commissaire aux droits de l'Homme met en cause nommément les Géorgiens et les Français et une autre nationalité (lire : EUFOR RCA et Sangaris mis en cause par l’ONU). L'UE promet une tolérance zéro. Les faits restent cependant peu étayés pour permettre des poursuites pénales.

Lire nos articles sur l'opération Sangaris