La nouvelle équipe de direction de l’état-major de l’UE est en place. Un changement qui n’est pas que symbolique (V2)

(B2) Le général portugais, Hermínio Maio, ancien chef de la mission de formation en Centrafrique (EUTM RCA) vient de prendre la tête de la MPCC, le centre de commandement et de contrôle des opérations et missions militaires de l'UE (1), aux côtés du Finlandais Esa Pulkkinen, qui dirige l'état-major de l'UE mais est aussi 'en titre' le directeur de la MPCC.

Autre arrivée, ce lundi (2 septembre), celle du général belge Bart Laurent, ancien chef à EUTM Mali, qui prend ses fonctions de chef de la direction des opérations à l'état-major. Lire aussi : Un grenadier belge nouveau directeur d’opérations à l’état-major de l’UE.

(de gauche à droite) les généraux Bart Laurent, Esa Pulkkinen, Herminio Maio (crédit : EUMS)

Le reste de l'équipe reste inchangé avec le général italien Giovanni Manione comme directeur adjoint de l'état-major, l'Allemand Heinz Krieb à la direction 'concepts & capacités' (Concepts and capabilities), le Polonais Radosław Jeżewski à la direction renseignement (Intelligence), l'Espagnol Manuel Gorjon à la direction logistique (Logistics) et le Bulgare Vasil Sabinski à la direction systèmes d'information (CIS).

La fin du double chapeau : en route vers un 'vrai' mini QG militaire

Ces deux arrivées sont intéressantes à double titre. En terme de continuité tout d'abord. On a puisé en effet dans les anciens chefs de mission, qui ont une expérience donc du terrain européen, pour aller à l'état-major. En terme institutionnel, elles signent aussi la fin du 'double chapeau' qui était la règle jusqu'à présent, le général Grammatico (qui vient de partir à Nouakchott comme chef de la RAC cellule régionalisation au Sahel) exerçait en effet les deux fonctions de chef des opérations de l'état-major et numéro 2 de la MPCC. L'objectif à terme ainsi est de renforcer l'autonomie de cette structure, qui compte aujourd'hui une quarantaine de membres du personnel et est appelée, à terme, à devenir un 'vrai mini QG militaire européen'.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Il a autorité sur toutes les missions militaires de formation de l'UE (EUTM) que ce soit à Bangui ou Bouar (Centrafrique), à Bamako ou Koulikoro (Mali) ou à Mogadiscio (Somalie).

Mis à jour 19h avec une correction sur les titres exacts des deux intéressés (la fin du double chapeau), les précisions sur le reste de l'état-major, un commentaire sur le 'vrai' mini QG militaire.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.