N°80. La crise du coronavirus bouscule l’Europe (v4)

(B2) Si la crise du coronavirus commence en décembre en Chine, elle ne frappe l'Europe qu'à la fin janvier. Sitôt arrivée, elle se propage rapidement sur le vieux continent. Les États membres prennent des mesures drastiques pendant que l'Union européenne révise son agenda et prend la coordination en main

(crédit : Parlement européen, mars 2020)

Décembre 2019. Les prémices d'une crise en Chine

Début décembre 2019, plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine, sont détectés. Plusieurs sont reliés au marché de fruits de mer de Huanan. Par la suite, les autorités chinoises trouveront la trace de cas déjà présents en novembre 2019.

Mardi 31 décembre 2019, la Chine informe le bureau chinois de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) de plusieurs cas de « pneumonie de cause inconnue ». L'OMS diffuse l'information à tous ses membres.

  • Neuf jours plus tard, la première mort confirmée liée à ce virus est constatée. Peu à peu à travers le monde, des pays commencent à détecter des cas sur leur territoire.

Jeudi 23 janvier 2020, les autorités chinoises imposent une quarantaine à l'agglomération de Wuhan.

Fin janvier 2020. La crise du coronavirus atteint l'Europe, l'alerte est donnée

  • Vendredi 24 janvier 2020, la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, annonce publiquement les premiers cas du Covid-19 en France : deux à Paris et un à Bordeaux.

Mardi 28 janvier 2020, le mécanisme de protection civile de l'UE est activé « suite à une demande d'assistance de la France » pour rapatrier les citoyens européens coincés en Chine (lire aussi : Dans la salle de crise de l’Union européenne, à l’heure du Coronavirus).

— La présidence croate active le dispositif IPCR (dispositif intégré pour une réaction au niveau politique dans les situations de crise) de l'Union européenne en mode 'partage de l’information'. Cela déclenche la production de rapports intégrés par la Commission et le SEAE et la création d’une page spécifique sur la plateforme web de l'IPCR, sur laquelle des informations relatives à l’épidémie de Covid-19 sont partagées.

Jeudi 30 janvier 2020, l'OMS déclare l'état d'urgence sanitaire internationale, une mesure exceptionnelle déclenchée cinq fois . La Commission européenne lance une demande de manifestation d'intérêt, avec un budget de 10 millions d'euros de son programme Horizon 2020, pour des propositions de recherche sur le nouveau coronavirus (amélioration de la prise en charge clinique des patients infectés par le virus, réponse globale en matière de santé publique). Deadline : 12 février 2020.

  • Vendredi 31 janvier 2020, l'Italie décrète l'état d'urgence pour six mois afin d'éviter la propagation du virus après que ses deux premiers cas soient détectés à Rome.

Le dernier week-end de janvier, deux avions français et un avion allemand, cofinancés par l’Union européenne via le mécanisme de protection civile, rapatrient 558 personnes depuis Wuhan. Lire : Coronavirus : le rapatriement des Européens s’organise (v2)

Février 2020. Deux autres 'clusters' de cas : l'Iran et l'Italie

Lundi 1er janvier 2020, la Commission européenne annonce que 12 tonnes d'équipement de protection sont en route pour la Chine.

Mardi 11 février 2020 (et mercredi 12), un forum mondial de recherche et d'innovation est organisé par l'OMS et la GloPID-R afin d'identifier les priorités en matière de recherche dans 10 domaines thématiques différents. (rapport)

Mercredi 12 février 2020, un premier débat a lieu au Parlement européen sur le coronavirus.

Jeudi 13 février 2020, un Conseil extraordinaire des ministres de la Santé des 27 (EPSCO) est réuni pour « discuter et coordonner les mesures visant à limiter la diffusion de l'épidémie de COVID-19 » et envisager d'autres mesures pour l'avenir. (conclusions)

— Selon un bilan tiré le 21 février, plus de 30,5 tonnes d'équipements de protection individuelle ont été livrées à la Chine par la France, l'Allemagne, l'Italie, la Lettonie et l'Estonie. Les frais de transport étant cofinancés par le mécanisme de protection civile de l'UE.

Lundi 24 février 2020, la Commission européenne annonce un paquet d'aide de 232 millions d'euros pour renforcer les réponses publiques, la prévention et le confinement du COVID-19 à l'échelle mondiale : 114 millions d'euros pour soutenir l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ; 15 millions d'euros devraient être alloués en Afrique, notamment à l'Institut Pasteur de Dakar ; enfin, au Sénégal, 100 millions d'euros seront consacrés à des recherches urgentes en matière de diagnostic, de thérapie et de prévention.

  • Vendredi 21 février 2020, Adriano Trevisan (77 ans), originaire de Vo' Euganeo (près de Padoue) s'éteint dans l'hôpital de Schiavonia. Le premier mort du coronavirus en Italie (et en Europe), indique la Repubblica

Mercredi 26 février 2020, le contexte de l'épidémie pèse sur la réunion des E3+2 avec l'Iran, au point qu'elle figure expressément dans le communiqué final. Lire : JCPOA. La négociation reprend. Les experts doivent se remettre au travail. Instex fonctionne. Idem pour le sommet franco-italien de Naples. Le président français Emmanuel Macron tient à marquer sa solidarité avec la péninsule. Lire : Italiens et Français renforcent leur coopération de défense. Voir les conclusions

Vendredi 28 février 2020, suite à l'activation par l'Italie du mécanisme de protection civile afin de recevoir des masques de protection, la Commission européenne lance un premier appel d’offres pour des équipements de protection individuelle (masques, gants, lunettes, écrans de protection et combinaisons) avec 25 États membres et annonce accélérer le processus.

Samedi 29 février 2020, apparait un des premiers cas suspects au sein de l'agence européenne de défense. Par mesure de sécurité l'agence ferme ses portes. Lire : Le Coronavirus frappe au cœur de la défense européenne

  • Fin février, l'Iran (388 cas, 34 morts) et l'Italie (888 cas, 21 morts) sont les deux lieux les plus touchés, outre la Chine.

Mars 2020. Passage en mode 'crise intense', mesures de confinement

Début mars 2020, une instruction est donnée à tout le personnel notamment de la Commission européenne et du service diplomatique européen (SEAE), de prendre des mesures de précaution pour éviter la transmission du virus (distance de 1 mètre, pas de contact physique, etc.). Tout personnel présentant des signes suspects est testé. Et des mesures de sécurité supplémentaires sont prises pour les collègues en contact.

Lundi 2 mars 2020, la Commission européenne met sur pied une « équipe de réponse » chargée de coordonner la crise composée de cinq commissaires Janez Lenarčič (gestion de crise), Stella Kyriakides (santé), Ylva Johansson (frontières), Adina Vălean (mobilité) et Paolo Gentiloni (économie).

— La présidence croate de l'UE décider de faire passer l'IPCR en mode 'activation totale'. Cela permet de se focaliser « davantage sur la détection des lacunes importantes dans tous les secteurs et sur l'élaboration de mesures concrètes ». Les réunions rassemblent des représentants du cabinet du président du Conseil européen, de la Commission européenne, du SEAE, des États membres touchés (communiqué)

— Le Parlement européen suspend toute activité non législative durant trois semaines annonce son président David Sassoli. Le travail parlementaire se poursuit, y compris les réunions des commissions et la session plénière, mais le Parlement se ferme au public.

— Une aide matérielle, comprenant tests de dépistage, combinaisons de protection et gants, est envoyée à l'Iran par la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Elle s'accompagne d'une aide de 5 millions d'euros (via l'OMS) pour aider le pays à contenir l'épidémie de Covid-19.

Mardi 3 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lance un appel aux gouvernements et aux fabricants, estimant qu’il faut augmenter la production d'équipements de protection individuelle de 40%.

Jeudi 5 mars 2020, le président du Parlement européen David Sassoli annonce que la plénière du 9 au 12 mars se fera exceptionnellement à Bruxelles, Strasbourg (dans le Haut Rhin) étant trop proche d'un foyer de contamination (Mulhouse).

  • Le premier député français atteint, Jean-Luc Reitzer (Les Républicains, Haut Rhin), est hospitalisé dans un 'état sérieux' à Mulhouse

Vendredi 6 mars 2020, la réunion des ambassadeurs du Coreper 2 est supprimée. Irena Andrassy, la représentante permanente de la Croatie qui préside la réunion, se met en confinement volontaire après avoir été en contact avec un directeur du Conseil de l'UE, lui-même cas suspect.

— La Commission européenne mobilise un montant supplémentaire de 37,5 millions d'euros pour la recherche sur l'élaboration de tests de diagnostic du Covid-19 ainsi que de vaccins et de traitements.

Lundi 9 mars, plusieurs réunions de groupes de travail (Balkans, CivCom, Coarm, Cohom, Nikolaidis, Visas, etc.) sont annulées. Les réunions du comité politique et de sécurité (COPS) comme du Coreper continuent. Celle-ci sous la présidence temporaire de l'ambassadeur allemand (suivant sur la liste de rotation des présidences).

Mardi 10 mars 2020, réunis spécialement par visioconférence, les chefs d'État et de gouvernement soulignent la nécessité « de faire tout ce qui est nécessaire et de réagir rapidement ». Ils insistent sur la « nécessité d'une approche européenne commune et d'une coordination étroite ». Les ministres de la Santé et de l'Intérieur doivent « se consulter quotidiennement » avec la Commission européenne (déclaration du Conseil européen et communiqué de la Commission européenne).

— La session plénière du Parlement européen est réduite à une seule journée, à Bruxelles, avec quelques débats. Toutes les activités prévues du 16 au 20 mars au Parlement européen sont reportées ou annulées. Le président du Parlement européen, David Sassoli, annonce qu'il se met en auto-confinement.

Mercredi 11 mars 2020, le président américain Donald Trump annonce une interdiction d'entrée aux USA des citoyens de l'espace Schengen.

— Le directeur général de l'OMS déclare que la crise du coronavirus peut à présent « être qualifiée de pandémie ».

— Un échange hebdomadaire via visioconférence est mis en place avec les autorités des frontières des États membres « pour comprendre leurs pratiques face à l'épidémie », annonce la Commission européenne, lors du point de presse quotidien.

Jeudi 12 mars 2020, L'annonce de l'interdiction d'entrée aux États-Unis des citoyens de l'espace Schengen est mal reçue côté européen. Ursula von der Leyen (Commission européenne) et Charles Michel (Conseil européen) s'élèvent fermement contre cette décision dans un communiqué conjoint.

— Les réunions ministérielles et de groupes de travail non nécessaires sont suspendues annonce le Conseil de l'UE. Seules quelques réunions ministérielles restent à l'agenda.

  • Le directeur régional de l'OMS pour l'Europe déclare que le continent européen est devenu « l'épicentre de la pandémie » avec plus de 20.000 cas confirmés et près de 1000 décès. L'Italie, pays d'Europe le premier touché, annonce 1016 décès et plus de 15000 cas enregistrés.

Vendredi 13 mars 2020, le Conseil des ministres de l'Intérieur de l'UE se réunit en format réduit à Bruxelles. Seuls six ministres font le déplacement.

— La Commission européenne annonce un plan de soutien économique aux pays et aux secteurs économiques touchés. (communication, annexe, communiqué, FAQ). Elle indique également que les États membres doivent être « vigilants » et utiliser tous les outils disponibles au niveau de l'Union et au niveau national pour « éviter que la crise actuelle n'entraîne une perte d'actifs et de technologies critiques ». Elle précise comment introduire un contrôle des investissements directs étrangers, par anticipation du règlement.

Dimanche 15 mars 2020, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, annonce des mesures pour augmenter la production industrielle d'équipement de protection individuelle, l'adoption d'un système d'autorisation pour exporter ce matériel hors de l'Union et des efforts afin d'assurer le flux non-interrompu de ce matériel entre les États membres.

— La première visite du Haut représentant Josep Borrell en Ukraine est annulée.

— Le premier tour des élections municipales en France est maintenu.

Lundi 16 mars 2020, le couple franco-allemand (Emmanuel Macron et Angela Merkel) et deux responsables européens (Ursula von der Leyen pour la Commission européenne et Charles Michel pour le Conseil européen) se réunissent pour discuter des « décisions qui ont été prises par certains États » sur la gestion des frontières.

  • Seul le personnel essentiel est autorisé à venir travailler à la Commission européenne. Le reste du personnel est placé en télétravail et l'exécutif européen placé en position de veille. Seules les missions essentielles (à l'intérieur ou l'extérieur de l'UE) sont maintenues.

— Le G7 (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Canada, États-Unis, Japon) est en sommet extraordinaire par vidéoconférence. « Nous allons coordonner les efforts de recherche sur un vaccin et des traitements, et travailler sur une réponse économique et financière », indique Emmanuel Macron, le président de la France, sur twitter.

— Le soir, le président français, Emmanuel Macron, fait un discours appelant à des « mesures pour réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire » à partir du lendemain à midi, dans l'hexagone. Il déclare à plusieurs reprises « nous sommes en guerre ». Lire aussi : Sommes-nous en guerre ? Macron a-t-il raison ?

Mardi 17 mars 2020, réunis par visioconférence, dans une réunion exceptionnelle, les leaders européens décident de la fermeture des frontières extérieures de l'Union européenne pendant 30 jours et d'organiser des opérations conjointes de rapatriement. Le sommet européen ordinaire prévu pour les 26 et 27 mars — qui devait entre autres être consacré au Sahel — est annulé et « reporté à une date ultérieure ». Il est remplacé par une « vidéoconférence, la semaine prochaine », consacrée au suivi de la crise du Coronavirus. Lire : Les frontières extérieures de l’UE ferment pour bloquer le Coronavirus. Des opérations conjointes de rapatriement (Conseil européen)

— La Commission européenne, sur mandat des États membres, met en place un groupe consultatif sur le Covid-19, composé d'épidémiologistes et de virologues de différents États membres, dont la mission est d'élaborer des lignes directrices de l'UE relatives à des mesures de gestion des risques coordonnées.

— Une dizaine de pays (Allemagne, Autriche, Estonie, Danemark, Hongrie, Lituanie, Pologne, République Tchèque + Norvège et Suisse) ont notifié à la Commission européenne la fermeture de leurs frontières, précise un porte-parole.

— La Commission européenne lance un deuxième appel d’offres pour des équipements de protection individuelle avec 25 États membres. Elle lance également un appel d’offres portant sur des respirateurs avec 25 États membres.

  • La première ministre de la Belgique, Sophie Wilmès, annonce en soirée des premières mesures de confinement pour la Belgique dès le lendemain à midi.

Mercredi 18 mars 2020, le collège des commissaires européens se tient en visioconférence. « Il y avait un quorum de commissaires présents afin d'assurer que toute décision prise soit valide » juridiquement, rapporte Éric Mamer, porte-parole en chef de la Commission européenne, le lendemain.

— La Commission lance un appel d’offres portant sur du matériel de test (kits, réactifs et matériel) avec 19 États membres.

Jeudi 19 mars 2020, la Commission européenne décide de créer une réserve stratégique de matériel médical, notamment de respirateurs et de masques de protection, dans le cadre de 'RescEU'. Réserve financée à 90% par le budget européen.

— La Commission européenne adopte un encadrement temporaire afin de permettre aux États membres d'exploiter pleinement la flexibilité prévue par les règles en matière d'aides d'État pour soutenir l'économie dans le contexte de la flambée de Covid-19.

— Les ministres de la Défense membres de l'Initiative européenne d’intervention (IEI) ont une réunion sur le Coronavirus par visioconférence sur la gestion de crise face à l'épidémie.

— La Commission européenne publie ses premières recommandations concernant l'adoption de mesures communautaires et les stratégies en matière de test.

— La Commission européenne approuve des lignes directrices, accompagnées d'une annexe, sur la mise en œuvre des mesures pour assurer la disponibilité des équipements de protection individuelle en exigeant que les exportations de ces équipements en dehors de l’Union européenne soient soumises à une autorisation d’exportation par les États membres.

— Le négociateur de la Commission européenne pour le Brexit, Michel Barnier, annonce sur twitter avoir été testé positif. Selon les informations de B2, le nombre d'agents et de fonctionnaires de la Commission  testés positifs au coronavirus est à 12.

Il faut continuer à investir dans la défense, malgré le Coronavirus réclame le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

Vendredi 20 mars 2020, la Commission européenne propose d'activer la clause dérogatoire générale du pacte de stabilité et de croissance (PSC), dans le cadre de sa stratégie de réaction rapide, énergique et coordonnée à la pandémie de coronavirus.

— La Commission européenne et les organes européens de normalisation mettent en ligne exceptionnellement et gratuitement les normes européennes harmonisées à disposition de toutes les entreprises intéressées, pour accélérer et d’accroître les capacités européennes de production d’équipements de protection individuelle.

— Le président iranien Hassan Rohani appelle à mettre entre parenthèses les différends et à lever les sanctions américaines. Lire : Téhéran appelle à une trêve des sanctions US. Les ’27’ inquiets de l’impact sur la crise sanitaire du coronavirus

Lundi 23 mars 2020, le Conseil des ministres des Affaires étrangères se déroule en visioconférence, portant en grande partie sur la crise du coronavirus et le rapatriement des citoyens européens, comme sur la Turquie et sa position en Syrie. Berlin, comme Vienne, demandent l'activation de la clause de solidarité européenne. Lire : Crise du coronavirus. L’Allemagne et l’Autriche déclenchent la clause de solidarité (article 222)

— Une nouvelle procédure simplifiée d'adoption des décisions par procédure écrite est adoptée. Lire : Les institutions européennes passent en procédure de crise

— Les ministres des Finances de l'UE approuvent via téléconférence l'activation de la clause dérogatoire générale du pacte de stabilité et de croissance.

— Selon les informations de B2, le nombre d'agents et de fonctionnaires de la Commission testés positifs au coronavirus monte à 23.

Mardi 24 mars 2020, la Commission européenne proclame le succès de son appel d'offres pour acquérir des équipements de protection individuelle afin de faire face à la crise du coronavirus. Ces équipements seront disponibles deux semaines après la signature par les États membres des contrats avec les soumissionnaires.

— La Commission européenne adopte des décisions sur des normes harmonisées révisées qui permettront aux fabricants de mettre sur le marché des dispositifs hautement performants.

Jeudi 26 mars 2020, le Conseil européen, réuni en visioconférence, reste divisé sur le soutien économique (la création d'eurobonds notamment). Les leaders renvoient la balle aux ministres des Finance. Mais il demande à la Commission européenne d’améliorer la gestion de crises. Les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen sont mandatés pour préparer un plan de sortie, à plus long terme, de cette crise.

— Une session extraordinaire du Parlement européen est organisée pour permettre « la mise en œuvre de mesures spécifiques » sur le coronavirus, notamment débloquer des financements supplémentaires. Les députés peuvent, pour la première fois, siéger à distance (avec vote numérique).

Vendredi 27 mars 2020, Boris Johnson, premier ministre du Royaume-Uni, annonce s'auto-confiner après avoir « développé des symptômes faibles et été testé positif au coronavirus ».

  • L'Italie annonce une hausse record de près de 1000 morts du coronavirus en 24 heures.

Samedi 28 février 2020, la Commission européenne annonce vouloir proposer des modifications du prochain cadre financier pluriannuel (MFF 2021-2027) toujours en discussion pour « faire face aux retombées de la crise des coronavirus ».

Lundi 30 mars 2020, la Commission européenne annonce un soutien immédiat aux Balkans à hauteur de 38 millions afin de faire face au Covid-19. Elle publie des orientations pratiques pour la mise en œuvre de la restriction temporaire aux frontières extérieures de l'Union européenne.

— Le Conseil de l'UE adopte une modification des règles des fonds structurels et d'investissement, ainsi qu'un élargissement du champ d'application du Fonds de solidarité de l'UE permettant de libérer rapidement des fonds provenant du budget de l'UE pour faire face à la crise du coronavirus. Il adopte également une dérogation à la règle sur les créneaux pour aider les compagnies aériennes à faire face à la baisse à « la chute brutal du trafic aérien ».

Jeudi 2 avril 2020, la Commission européenne décide d'une aide médicale d'urgence (dotée de 3 milliards €) et prévoit un plan de soutien à l'économie, bousculant les règles des fonds structurels. (Lire : La Commission sort le bazooka. Des milliards d’euros pour aller au secours de la santé et de l’économie).

— l'OTAN se jette dans la bataille, annonçant vouloir coordonner l'aide. Le SACEUR, le général US Tod D. Wolters, est nommé coordinateur en chef.

 

Vendredi 3 avril 2020, réunis en vidéo-conférence, les ministres des Affaires étrangères des 27 lancent un appel aux pays tiers : facilitez le rapatriement des citoyens européens.

 

Lundi 6 avril 2020, réunis à leur tour pour faire le point sur l'épidémie, les ministres de la Défense de l'UE décident de créer une task force à l’état-major de l’UE pour coordonner les efforts dans la lutte contre le Covid-19.

  • Mardi 7 avril 2020,

Deux équipes médicales européennes envoyées dans le Nord de l’Italie. Avec un petit mea culpa

  • Le cap des 10.000 morts est franchi en France : 10.328 décès depuis le 1er mars dont: 7 091 décès survenus en milieu hospitalier3 237 décès survenus, indique la direction général de la santé (rapport)

À suivre...

(Éléments rassemblés par CG, st. avec NGV)

Complété et mis à jour le 30 mars 2020


Voir aussi : L'agence européenne de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) publie chaque jour un état des lieux de la progression en Europe. (état des lieux)

Lire aussi :

Lire nos éditos et analyses supplémentaires :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.