N°81. L’opération de contrôle d’embargo sur les armes au large de la Libye EUNAVFOR Med IRINI (v2)

(B2) Cette nouvelle opération établie en Méditerranée s'inscrit dans la foulée de l'opération Sophia et affiche la volonté des Européens de contribuer davantage à la résolution du conflit libyen en diminuant l'afflux des armes

La patrouilleur grec Kasos (crédit : MOD grec / marine)

Les prémices de l'opération

Lundi 20 janvier 2020, les ministres des Affaires étrangères mandatent les ambassadeurs du COPS, pour présenter au Conseil des propositions « concrètes sur la manière de faire respecter l'embargo sur les armes décrété par les Nations unies ». Lire : EUNAVFOR Med réanimée. En route vers Sophia II, opération aéronavale centrée sur le contrôle de l’embargo sur les armes en Libye.

Vendredi 24 janvier 2020, première discussion concrète entre ambassadeurs du Comité politique et de sécurité.

Mardi 4 février 2020, lors d'une nouvelle réunion du COPS, deux pays manifestent leur blocage. L'Autriche et la Hongrie refusent toute remise en place des navires. Les deux autres réunions du comité, jeudi (6 février) et vendredi (7 février), ne débouchent pas. Lire : La revanche de Piave. L’Autriche-Hongrie bloque. L’opération Sophia dans l’impasse.

Mercredi 12 février 2020, une ultime réunion se tient au niveau des ambassadeurs du Coreper II. Elle constate le désaccord sur la reprise du volet naval. Décision est prise d'en appeler aux ministres.

— Le Conseil de sécurité des Nations Unies endosse le processus de Berlin dans la résolution 2509 qui appelle au cessez-le-feu en Libye.

Lundi 17 février 2020, les ministres des Affaires étrangères finissent par tomber d'accord sur la reprise du volet naval de l'opération. Lire : EUNAVFOR Med Pheax (ex Sophia). Nouvelle opération aéronavale en Méditerranée. Détails à fixer

Mardi 18 février 2020, la représentante spéciale adjointe de l'ONU en Libye exprime sa reconnaissance devant les eurodéputés, et se félicite de l’accord des Européens sur EUNAVFOR Med. L'opération doit être plus efficace.

Mercredi 19 février 2020, les ambassadeurs du COPS se rencontrent afin d'assurer le suivi de la réunion des ministres du 17 février et nommer le nouveau commandant d'opération d'EUNAVFOR Med Sophia. Le gouvernement allemand donne son accord à « une éventuelle nouvelle mission maritime de l'UE contre la contrebande d'armes vers la Libye ». (Carnet 21.02.2020)

La préparation de l'opération

Vendredi 21 février 2020, le contre-amiral Fabio Agostini prend la tête de l'opération EUNAVFOR Med Sophia. Un changement de commandement pour EUNAVFOR Med (ex Sophia) n’est pas à exclure

Vendredi 28 février 2020, lors d'une réunion spéciale, les ambassadeurs du COPS décident que le quartier général et le commandement restent aux mains des Italiens. L'opération sera nommée 'Irène', fille de Zeus et Thémis et symbolisant la paix. (Carnet 02.03.20)

Mardi 3 mars 2020, le contre-amiral Fabio Agostini présente le futur plan de l'opération Irène. Le travail continue sur ce projet. Les derniers cailloux sur la route de IRENE.

Jeudi 12 mars 2020, les ambassadeurs du COPS n'arrivent pas à se mettre d’accord sur la proposition mise sur la table. La question du repositionnement des navires au large de la Libye empoisonne les débats.

Mercredi 18 mars 2020, une nouvelle discussion a lieu au COPS pour tenter d'aboutir à un accord sur la mise en place de la nouvelle opération maritime de contrôle des armes au large de la Libye. Lire aussi : la question du repositionnement des navires au large de la Libye pose problème.

Vendredi 20 mars 2020, un compromis est atteint sur le dispositif de retrait des navires en cas d'afflux de migrants (demande austro-hongroise) à la réunion des ambassadeurs (Coreper II).

Jeudi 26 mars 2020, les États membres trouvent un accord pour adouber l'opération, dénommée désormais Irini, au large de la Libye. Objectif principal : le contrôle de l'embargo sur les armes. Lire : Les 27 d’accord pour la nouvelle opération maritime au large de la Libye. La belle Irini s’épanouit

Mardi 31 mars 2020, au dernier jour du mandat de l'opération Sophia, les 27 approuvent par voie de procédure écrite le lancement de la nouvelle opération EUNAVFOR Med Irini prévue au 1er avril. Lire : L’opération Irini de contrôle des armes vers la Libye lancée en Méditerranée.

Mercredi 1er avril 2020, jour théorique de lancement de l'opération Irini. C'est surtout un fil twitter et une page facebook qui voient le jour.

Jeudi 2 avril 2020, une première conférence de génération de forces a lieu sans aboutir concrètement. Quelques facteurs bloquent : Grèce et Italie se chamaillent sur le commandement, tous les pays n'ont pas pas pu parfaire leur offre, et d'autres doivent obtenir l'aval de leur gouvernement ou parlement. Ce que confirme Josep Borrell le lendemain (3 avril 2020) : « différentes procédures internes sont en cours au sein de chaque État membre ». Lire : L’opération EUNAVFOR Med Irini sans navires, pour l’instant. La génération de forces se poursuit

Samedi 4 avril 2020, le ministère russe des Affaires étrangères lance un avertissement : l'opération Irini « devra être conforme au droit international et à la résolution 2229 » du Conseil de sécurité des Nations-unies. (Carnet 06.04.2020).

— les ministres grec et italien des affaires étrangères, Nikos Dendias et Luigi Di Maio, ont un entretien téléphonique, abordant le sujet 'Irini', notamment la question du commandement.

Mercredi 8 avril 2020, un comité militaire de l'UE se tient pour faire le point sur la future opération.

Jeudi 16 avril 2020, le général Claudio Graziano, président du comité militaire de l’Union européenne ne cache pas son inquiétude, face aux incertitudes des États membres, interrogé par B2 : L’opération Irini doit disposer des moyens nécessaires pour réaliser son mandat.

Mercredi 22 avril 2020, le Haut représentant de l'UE Josep Borrell lance dans les colonnes de B2, un appel à soutenir l'opération. Appel aux États membres comme aux partenaires internationaux. Appel d'autant plus vibrant que les combats continuent en Libye, malgré les engagements pris par chacun à Berlin. Tous ceux qui veulent la paix en Libye doivent soutenir l’opération Irini (Josep Borrell) (English version).

— le gouvernement libyen émet officiellement une réserve à l'opération, inefficace selon lui pour contrôler le flux d'armes vers le clan Haftar, dans une lettre envoyée aux membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

Jeudi 23 avril 2020, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, lance devant le Bundestag un appel au soutien de l'opération militaire de l'UE en Méditerranée, promettant « plus tard » la participation « d'un navire de la Marine » allemande. (Carnet 27-04-2020).

Mardi 28 avril 2020, la dernière conférence de génération de forces s'avère plus fructueuse que la première. « Malgré le contexte actuel difficile », la « grande majorité des États membres ont pu s’engager pour fournir des moyens personnels et matériels », précise le porte-parole du SEAE, Peter Stano, le lendemain mercredi (29 avril).

Mercredi 29 avril 2020, B2 fait le tour des capitales et dresse un premier état des lieux des moyens engagés : L’opération Irini bientôt opérationnelle.

Lundi 4 mai 2020, l'opération Irini débute. Elle dispose du navire français Jean Bart et d'un avion de patrouille maritime fourni par le Luxembourg, précise un communiqué de l'opération.

— Athènes et Rome se sont accordés sur le commandement de la force navale de EUNAVFOR Med qui sera assuré alternativement par un amiral grec ou italien, par rotation tous les six mois, en même temps que la rotation du navire amiral.

Vendredi 8 mai 2020, le gouvernement maltais a officiellement notifié à l’Union européenne qu’elle n’engagera plus de ressources militaires dans l’opération Irini, ainsi qu'indiqué au comité Athena — qui délibère sur toutes les questions de financement des opérations militaires — qu’elle opposera son veto aux décisions relatives à l’opération Irini, sur les dépenses pour le débarquement des migrants et le financement des drones.

Mardi 12 mai 2020, face à l’escalade en Libye, les Européens lancent un nouvel appel à la trêve, déterminés Européens déterminés à faire appliquer l’embargo sur les armes.

*Jeudi 4 juin 2020, la frégate de la marine grecque, HS Spetsai, rejoint l’opération.

*Vendredi 5 juin 2020, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte à l'unanimité la Résolution 2526 (2020). Elle prolonge de douze mois l'autorisation d’inspection des navires en haute mer pour assurer le « strict respect » de l’embargo sur les armes imposé à la Libye.

*Mercredi 10 juin, un incident entre les marines françaises et turques se produit en mer Méditerranée. Un navire français est illuminé au radar par l'Oruc Reis, un navire turc.

*— Le Cirkin, un cargo sous escorte turque soupçonné de violer l’embargo sur les armes. Mais le Cirkin n’en était pas à son coup d’essai : il apparaît que le Cirkin aurait violé l'embargo fin mai déjà.

*Mardi 16 juin 2020, Irini a des possibilités d’inspection de navires limitées, mais donne des résultats quand même. Josep Borrell, le Haut représentant de l'UE, donne quelques détails.

*Mercredi 17 juin 2020, le comportement de la Turquie au travers du Cirkin est qualifié de « hostile et inacceptable » par Paris. Lire : L’ingérence en Libye. Ca suffit ! dit Paris à Ankara

*— le Conseil de l'UE demande aux États membres de mieux tenir leurs engagements et de « fournir les moyens et personnel nécessaires à toutes les missions et opérations de la PSDC pour assurer la mise en œuvre de leur mandat » (§10). L'opération EUNAVFOR Med Irini « manque de moyens navals et aériens », déclare Josep Borrell à la fin de la réunion. (conclusions)

*Jeudi 18 juin 2020, le secrétaire général de l'OTAN annonce l'ouverture d'une enquête sur l'incident dénoncé par la France avec des navires turcs, lors d'une opération de contrôle de l'embargo de l'ONU.

*Mercredi 1er juillet 2020l’ambassadeur turc à Paris s’explique sur l'incident en mer Méditerranée entre la France et la Turquie. Nous avons été provoqués.

*Jeudi 2 juillet 2020, la France se retire de l’opération de l'OTAN Sea Guardian. La colère contre Ankara n’est pas finie.

*Lundi 13 juillet 2020, le but premier des Européens reste la désescalade des tensions avec la Turquie et se préparer à l'hypothèse contraire. Les ministres décident une nouvelle fois d' « appeler » la Turquie à « contribuer activement à une solution politique en Libye et à respecter ses engagements » dans le cadre du processus de Berlin, dont l'embargo des Nations unies sur les armes. « Le Processus de Berlin est le seul cadre pour atteindre une solution politique en Libye », rappelle avec insistance le Haut représentant de l'UE, Josep Borrell.

*Mardi 14 juillet 2020, la position des Européens en Libye est « une position de faiblesse, parce que nous n'avons pas d'empreinte », selon Annegret Kramp-Karrenbauer. Pour la ministre allemande de la Défense, « notre seule option est la voie maritime, c'est pourquoi nous avons lancé l'opération Irini », explique-t-elle aux eurodéputés de la commission Affaires étrangères (AFET) du Parlement européen.

*Mercredi 15 juillet 2020, un avion de surveillance (Falcon 50) de la Marine nationale effectue un premier vol en soutien direct à l’opération de l’UE de contrôle de l’embargo sur les armes annonce l’état-major des armées françaises.

*Vendredi 17 juillet 2020, le navire italien San Giorgio rejoint EUNAVFOR MED Irini. Il servira de navire amiral à l’opération de contrôle de l’embargo sur les armes au large de la Libye.

*Jeudi 20 août 2020l'opération européenne Irini doit être renforcée », répète le président français, Emmanuel Macron, à l'occasion de sa rencontre avec Angela Merkel, la chancelière allemande, au Fort de Brégançon (Var). (twitter)

Mercredi 26 août 2020, les marines grecque, chypriote avec le renfort de l’Italie et de la France démarrent un exercice aéronaval en Méditerranée orientale

*Jeudi 27 août 2020, l'opération Irini continue avec les moyens actuels : deux navires pour l'instant et quelques moyens aériens. Cela n'empêche pas aujourd'hui l'opération de produire certains résultats : les deux navires multiplient les prises de contact et, aidés des moyens de surveillance aérienne produisent nombre de rapports d'observation. Mais on reste loin de l'ambition affichée.

*Jeudi 10 septembre 2020, pris en violation de l’embargo international, les navires militaires européens bloquent au large de la Libye un tanker norvégien affrété par les Émirats arabes unis.

*Mercredi 16 septembre 2020, la ministre française des Armées Florence Parly annonce lors de son discours de rentrée à Paris : « Nous avons décidé de renforcer notre contribution à l’opération de l’Union européenne Irini, en déployant la frégate Latouche-Tréville au cours des prochaines semaines ».

*Lundi 21 septembre 2020, Irini atteint sa pleine capacité opérationnelle (FOC) avec l’arrivée de la frégate grecque HS Limnos.

*—La Turquie mécontente. L’annonce de sanctions européennes visant une compagnie maritime turque est « peu utile » réagit le ministère turc des Affaires étrangères. « L’opération Irini de l'UE récompense le pirate Haftar et punit le gouvernement libyen reconnu par l'ONU. » Le fait « d’ignorer les pays et les entreprises qui envoient des armes à Haftar, en particulier les Émirats arabes unis […] est un indicateur clair de la partialité de l'UE ». (communiqué en turc)

Samedi 26 septembre 2020, le navire-amiral de l’opération Irini touché de plein fouet par le Covid-19, avec une cinquantaine de cas confirmés. Lire aussi : Le navire amiral de l’opération Irini hors de service. Le QG change de main

*Octobre 2020, environ 9050 personnes ont été secourues ou interceptées au cours de 128 opérations menées par divers navires, entre le 1er mars et le 31 juillet, dans les zones du Sud de la Méditerranée centrale couvertes par la force navale de l’UE, selon le premier rapport produit par l’opération EUNAVFOR Med Irini. Lire : Méditerranée. Les garde-côtes libyens effectuent toujours la moitié des sauvetages

Lundi 19 octobre 2020, le commodore grec Theodoros Mikropoulos prend la barre du commandement de la force maritime européenne de contrôle de l’embargo sur les armes vers la Libye. Il succède à l’amiral italien Ettore Socci.

Mardi 20 octobre 2020, le MV Medkon Sinop, un cargo turc à destination de Misrata (Libye) est arraisonné par la frégate française Latouche Tréville,.

Mercredi 21 octobre 2020, les Turcs prennent possession de la formation et de l’équipement des garde-côtes et de la marine libyenne. C'est la douche froide pour les Européens, et les Italiens en particulier.

Samedi 24 octobre 2020, la frégate Latouche-Tréville inspecte un navire marchand suspect, le MV Capt Abeda, battant pavillon syrien, en route vers Misrata (Libye).

*Mardi 17 novembre 2020, le bien fondé de l'opération militaire est confirmé par les ambassadeurs de l'UE pour une nouvelle période de quatre mois (jusqu’au 31 mars 2021), sur la base des rapports du commandant de l’opération. Ce dispositif, mis en place à la demande de l’Autriche et la Hongrie notamment, a pour objectif de vérifier que l’opération ne produit pas d’appel d’air à l’immigration.

*—Projet approuvé par la Diète (Seimas). La Lituanie prévoit d'envoyer en 2021 une équipe d'arraisonnement de 12 personnes, embarquée dans une frégate la marine allemande (comme sous l'opération Sophia).

*Jeudi 19 novembre 2020, le navire marchand MV Serrano est arraisonné et inspecté par l’équipe de la frégate grecque Adrias  à environ 42 nautiques au nord-est du port de Tobrouk dans les eaux internationales. Sans problème. Lire article blog

*—Héler, intercepter, arraisonner des navires relève du commun de l'action maritime en mer. Et de l'opération en particulier. Mais encore faut-il bien distinguer les différentes modalités. Lire notre analyse blog

*—Le port de Marseille, pour servir de port de détournement aux navires interceptés par l'opération en cas de saisie de matériel suspect, est proposé par la France lors de la conférence de génération de forces. Lire article blog

*La conférence de génération de forces pour toutes les missions et opérations militaires de la PSDC est plutôt satisfaisante. Effectifs satisfaisants pour l'opération Irini. Une nouvelle conférence de génération de forces devrait avoir lieu en janvier.

*Dimanche 22 novembre 2020, le navire marchand turc Roseline A est intercepté par la frégate allemande ‘Hamburg‘, à environ 160 nautiques (env. 280 km) au nord de Benghazi, dans l’Est de la Libye dans le cadre de l'opération.

*—Ankara s’oppose au contrôle de son navire, contestant tout légitimité à l'opération. Lire article blog

*—Lundi 23 novembre 2020, les ambassadeurs européen, allemand et italien sont convoqués par le ministère turc des Affaires étrangères pour leur remettre une note de protestation officielle après l’arraisonnement par la frégate allemande Hamburg du navire marchand MV Roseline A. Lire article blog

*—Officiellement, « aucun matériel illicite n’a été trouvé à bord durant l’inspection », indique l'opération. Cette présomption d’innocence semble très fragile. Car les militaires n’ont matériellement pas eu le temps de fouiller tout le navire, et notamment les quelque 150 conteneurs à bord. Lire article blog

*Mardi 24 novembre 2020, « le mandat de l'opération Irini est aujourd'hui plus important que jamais pour assurer la viabilité de l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre et le retour à la paix et à la stabilité en Libye » assure le service diplomatique européen. (communiqué du 24.11)

*La Turquie a demandé à participer à l'opération de contrôle de l’embargo sur les armes au large de la Libye (EUNAVFOR Med Irini). Elle a reçu une fin de non-recevoir très claire, explique Charles Fries, le directeur du département PSDC au SEAE. Irini est une « opération de l’UE avec des moyens européens ». « Il s’agit de préserver notre autonomie de décision. »

*Jeudi et vendredi 26 et 27 novembre 2020, se déroule la. conférence 'Shade Med'. L’amiral Fabio Agostini, commandant de l’opération européenne Irini explique le pourquoi et le comment de cette arène virtuelle qui réunit des acteurs civils et militaires des trois continents autour de la Mare nostrum. 

*Vendredi 27 novembre 2020, une enquête sur l'arraisonnement de Roseline A est ouverte par la justice turque. Une perquisition menée sans « l’autorisation de la Turquie et contre les réglementations internationales » indique le bureau du procureur d’Ankara dans une brève déclaration, selon le quotidien progouvernement Daily Sabah.

*—Les militaires « n’ont pas pu fouiller tout le navire ». Ils. ont été « stoppés par la réponse de la Turquie ». L’absence de matériel trouvé ne vaut donc que « jusqu’au moment où ils ont arrêté l’inspection » indique Peter Stano, porte-parole du Haut représentant de l’UE. Elle ne signifie aucunement qu’il n’y a pas de matériel illicite à bord… Lire article blog

*Mercredi 2 décembre 2020, un porte-conteneurs de la compagnie turque Medkon Lines, le MV Medkon Gemlik est arraisonné par le patrouilleur de haute mer ITS Cigala Fulgosi à environ 130 miles nautiques au nord du port de Benghazi. La procédure s’est déroulée « sans problème ». Et l’arraisonnement s’est déroulé « dans une atmosphère de bonne coopération ». Lire article blog

...à suivre

(dossier assemblé par Nicolas Gros-Verheyde, avec Lucie Gamba, Hannah Guérin)

Mis à jour le 07.12.2020

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.