N°81. L’opération de contrôle d’embargo sur les armes au large de la Libye EUNAVFOR Med IRINI (v2)

(B2) Cette nouvelle opération établie en Méditerranée s'inscrit dans la foulée de l'opération Sophia et affiche la volonté des Européens de contribuer davantage à la résolution du conflit libyen en diminuant l'afflux des armes

La patrouilleur grec Kasos (crédit : MOD grec / marine)

Les prémices de l'opération

Dimanche 19 janvier 2020 une conférence se tient à Berlin réunissant les principaux acteurs de la crise libyenne. Parmi les huit points-clés de la conférence de Berlin sur la Libye, figure la suspension des hostilités avant d'enclencher le processus politique.

Lundi 20 janvier 2020, les ministres des Affaires étrangères mandatent les ambassadeurs du COPS, pour présenter au Conseil des propositions « concrètes sur la manière de faire respecter l'embargo sur les armes décrété par les Nations unies ». Lire : EUNAVFOR Med réanimée. En route vers Sophia II, opération aéronavale centrée sur le contrôle de l’embargo sur les armes en Libye

Vendredi 24 janvier 2020, première discussion concrète entre ambassadeurs du Comité politique et de sécurité.

Mardi 4 février 2020, lors d'une nouvelle réunion du COPS, deux pays manifestent leur blocage. L'Autriche et la Hongrie refusent toute remise en place des navires. Les deux autres réunions du comité, jeudi (6 février) et vendredi (7 février), ne débouchent pas. Lire :  La revanche de Piave. L’Autriche-Hongrie bloque. L’opération Sophia dans l’impasse.

Mercredi 12 février 2020, une ultime réunion se tient au niveau des ambassadeurs du Coreper II. Elle constate le désaccord sur la reprise du volet naval. Décision est prise d'en appeler aux ministres.

— Le Conseil de sécurité des Nations Unies endosse le processus de Berlin dans la résolution 2509 qui appelle au cessez-le-feu en Libye.

Lundi 17 février 2020, les ministres des Affaires étrangères finissent par tomber d'accord sur la reprise du volet naval de l'opération. Lire : EUNAVFOR Med Pheax (ex Sophia). Nouvelle opération aéronavale en Méditerranée. Détails à fixer

Mardi 18 février 2020, la représentante spéciale adjointe de l'ONU en Libye exprime sa reconnaissance devant les eurodéputés. L'opération doit être plus efficace. Lire : L’ONU se félicite de l’accord des Européens sur EUNAVFOR Med

Mercredi 19 février 2020, les ambassadeurs du COPS se rencontrent afin d'assurer le suivi de la réunion des ministres du 17 février et nommer le nouveau commandant d'opération d'EUNAVFOR Med Sophia. Le gouvernement allemand donne son accord à « une éventuelle nouvelle mission maritime de l'UE contre la contrebande d'armes vers la Libye ». Lire : Carnet 21-02.

La préparation de l'opération

Vendredi 21 février 2020, le contre-amiral Fabio Agostini prend la tête de l'opération EUNAVFOR Med Sophia. Lire : Un changement de commandement pour EUNAVFOR Med (ex Sophia) n’est pas à exclure

Vendredi 28 février 2020, lors d'une réunion spéciale, les ambassadeurs du COPS décident que le quartier général et le commandement restent aux mains des Italiens. L'opération sera nommée 'Irène', fille de Zeus et Thémis et symbolisant la paix. Lire : Carnet 02-03-20.

Mardi 3 mars 2020, le contre-amiral Fabio Agostini présente le futur plan de l'opération Irène. Le travail continue sur ce projet. Lire : Opération maritime au large de la Libye : les derniers cailloux sur la route de IRENE.

Jeudi 12 mars 2020, les ambassadeurs du COPS n'arrivent pas à se mettre d’accord sur la proposition mise sur la table. Lire : Opération Irene. La question du repositionnement des navires au large de la Libye empoisonne les débats.

Mercredi 18 mars 2020, une nouvelle discussion a lieu au COPS pour tenter d'aboutir à un accord sur la mise en place de la nouvelle opération maritime de contrôle des armes au large de la Libye. Lire aussi : la question du repositionnement des navires au large de la Libye pose problème.

Vendredi 20 mars 2020, un compromis est atteint sur le dispositif de retrait des navires en cas d'afflux de migrants (demande austro-hongroise) à la réunion des ambassadeurs (Coreper II).

Jeudi 26 mars 2020, les États membres trouvent un accord pour adouber l'opération, dénommée désormais Irini, au large de la Libye. Objectif principal : le contrôle de l'embargo sur les armes. Lire : Les 27 d’accord pour la nouvelle opération maritime au large de la Libye. La belle Irini s’épanouit

Mardi 31 mars 2020, au dernier jour du mandat de l'opération Sophia, les 27 approuvent par voie de procédure écrite le lancement de la nouvelle opération EUNAVFOR Med Irini prévue au 1er avril. Lire : L’opération Irini de contrôle des armes vers la Libye lancée en Méditerranée.

Mercredi 1er avril 2020, jour théorique de lancement de l'opération Irini. C'est surtout un fil twitter et une page facebook qui voient le jour.

Jeudi 2 avril 2020, une première conférence de génération de forces a lieu sans aboutir concrètement. Quelques facteurs bloquent : Grèce et Italie se chamaillent sur le commandement, tous les pays n'ont pas pas pu parfaire leur offre, et d'autres doivent obtenir l'aval de leur gouvernement ou parlement. Ce que confirme Josep Borrell le lendemain (3 avril 2020) : « différentes procédures internes sont en cours au sein de chaque État membre ». Lire : L’opération EUNAVFOR Med Irini sans navires, pour l’instant. La génération de forces se poursuit

Samedi 4 avril 2020, le ministère russe des Affaires étrangères lance un avertissement : l'opération Irini « devra être conforme au droit international et à la résolution 2229 » du Conseil de sécurité des Nations-unies. (Carnet 06-04-2020).

— les ministres grec et italien des affaires étrangères, Nikos Dendias et Luigi Di Maio, ont un entretien téléphonique, abordant le sujet 'Irini', notamment la question du commandement.

Mercredi 8 avril 2020, un comité militaire de l'UE se tient pour faire le point sur la future opération.

Jeudi 16 avril 2020, le général Claudio Graziano, président du comité militaire de l’Union européenne ne cache pas son inquiétude, face aux incertitudes des États membres, interrogé par B2 : L’opération Irini doit disposer des moyens nécessaires pour réaliser son mandat

Mercredi 22 avril 2020, le Haut représentant de l'UE Josep Borrell lance dans les colonnes de B2, un appel à soutenir l'opération. Appel aux États membres comme aux partenaires internationaux. Appel d'autant plus vibrant que les combats continuent en Libye, malgré les engagements pris par chacun à Berlin. Tous ceux qui veulent la paix en Libye doivent soutenir l’opération Irini (Josep Borrell) (English version)

— le gouvernement libyen émet officiellement une réserve à l'opération, inefficace selon lui pour contrôler le flux d'armes vers le clan Haftar, dans une lettre envoyée aux membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

Jeudi 23 avril 2020, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, lance devant le Bundestag un appel au soutien de l'opération militaire de l'UE en Méditerranée, promettant « plus tard » la participation « d'un navire de la Marine » allemande. (Carnet 27-04-2020).

Mardi 28 avril 2020, la dernière conférence de génération de forces s'avère plus fructueuse que la première. « Malgré le contexte actuel difficile », la « grande majorité des États membres ont pu s’engager pour fournir des moyens personnels et matériels », précise le porte-parole du SEAE, Peter Stano, le lendemain mercredi (29 avril).

Mercredi 29 avril 2020, B2 fait le tour des capitales et dresse un premier état des lieux des moyens engagés : L’opération Irini bientôt opérationnelle.

Lundi 4 mai 2020, l'opération Irini débute. Elle dispose du navire français Jean Bart et d'un avion de patrouille maritime fourni par le Luxembourg, précise un communiqué de l'opération

— Athènes et Rome se sont accordés sur le commandement de la force navale de EUNAVFOR Med qui sera assuré alternativement par un amiral grec ou italien, par rotation tous les six mois, en même temps que la rotation du navire amiral.

Vendredi 8 mai 2020, le gouvernement maltais a officiellement notifié à l’Union européenne qu’elle n’engagera plus de ressources militaires dans l’opération Irini, ainsi qu'indiqué au comité Athena — qui délibère sur toutes les questions de financement des opérations militaires — qu’elle opposera son veto aux décisions relatives à l’opération Irini, sur les dépenses pour le débarquement des migrants et le financement des drones.

Mardi 12 mai 2020, face à l’escalade en Libye, les Européens lancent un nouvel appel à la trêve, déterminés Européens déterminés à faire appliquer l’embargo sur les armes.

À suivre...

(dossier assemblé par Nicolas Gros-Verheyde, avec Lucie Gamba)

Mis à jour le 13.05.2020

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.