La communauté internationale se mobilise à Bruxelles pour la Centrafrique. Enfin!

La communauté internationale se mobilise à Bruxelles pour la Centrafrique. Enfin!

Kristalina Georgieva, Valérie Amos et Pascal Canfin avant le début de la Conférence (Crédit : Commission européenne)

Kristalina Georgieva, Valérie Amos et Pascal Canfin avant le début de la Conférence (Crédit : Commission européenne)

(BRUXELLES2 au "Charlemagne") « 366 millions d'euros (496 millions $) ont pu être mobilisés (pour la Centrafrique) » a affirmé Pascal Canfin, ministre français délégué au développement, à l'issue de la rencontre internationale de haut niveau sur l'action humanitaire qui a réuni plus de 40 Etats et 20 ONG lundi (20 janvier). 200 millions $ sont destinés à l'aide humanitaire d'urgence et 296 millions $ iront dans des projets à long terme, pour la stabilisation et la reconstruction du pays.

90% des besoins humanitaires

Cette somme « représente 90% des besoins humanitaires pour l'année 2014 selon les calculs de l'ONU » a-t-il ajouté. Un pas notable dans la mobilisation de la communauté internationale, selon la commissaire européenne à l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva, surtout quand on le compare à l'année précédente. « Pour l'année 2012, l'ensemble de l'aide européenne arrivait à peine aux 20 millions d'euros ». Une mission inter-services de la Commission européenne partira d'ailleurs « très rapidement » (dans les semaines qui viennent) en République centrafricaine (RCA) afin d'évaluer sur place les besoins et rencontrer les différents acteurs.

Reconstruire le pays

Cette réunion qui a duré trois heures et s'est tenue à huis clos dans le bâtiment "Charlemagne" de la Commission européenne était surtout l'occasion pour les différents intervenants de la crise de décrire la gravité de la situation sur place et de dresser la liste des besoins sur place et pour les Etats et organisations internationales de rendre publiques leurs promesses d'engagement financier. Les représentants des pays voisins de la Centrafrique (Cameroun, Gabon, Tchad) ont aussi tenu à rappeler l'intensité des efforts engagés pour accueillir les réfugiés. « Il faut penser à transformer de la Misca en force onusienne » a complété Pierre Moukoko, ministre camerounais des relations extérieures.

« L'objectif ne peut être de faire revenir le pays à la situation de 2009 mais de le reconstruire » a résumé Kristalina Georgieva. « Il ne s’agit pas seulement d’un Etat fragile mais d’un Etat fragile au bord de l’effondrement et dont tissu social se détruit » a commenté lors de la réunion Nicholas Westcott, Directeur "Afrique" au Service diplomatique européen (SEAE).

Agir avant la saison des pluies

« Le temps joue contre nous » a alerté Abdou Dieng, le coordinateur des affaires humanitaires en RCA avant d'interpeller les assistants de la conférence sur l'urgence des 2-3 prochains mois. « 150 millions d'euros sont nécessaires avant l'arrivée de la saison des pluies. Si tout n'est pas en place, ce sera une catastrophe. » La population a besoin d'aide - a-t-il expliqué - pour préparer la saison agricole qui débute en même temps que les pluies, d'autant que les pillages les ont privés des peu d'instruments dont ils disposaient. « Si on rate ça, la majeure partie de la population ne pourra pas se nourrir et il y aura alors un besoin encore plus grand d'aide humanitaire. »

Engagements financiers

Voici le détail des contributions européennes tel qu'a pu le recueillir B2 :

  • Commission européenne : 45 millions (22 millions pour l'aide humanitaire et 23 millions pour l'aide au développement)
  • France = 47 millions de dollars
  • Royaume-Uni = 25 millions dollars
  • Irlande = Le ministre du développement, Joe Costello, a « garantit un soutien supplémentaire aux 2 millions promis en décembre 2013 ».
  • Luxembourg = 5,5 millions d'euros, destinés aux déplacés internes, réfugiés et au PAM
  • Pays-Bas = 4 millions d'euros ont été annoncé en décembre 2013, notamment 1 million pour la formation des forces de sécurités centrafricaines.
  • Suède = 11 millions d'euros, avec une attention particulière à la question sanitaire. « une augmentation durant l'année peut être envisagée » a précisé la représentante suédoise.
  • Finlande = 1,5 millions d'euros.
  • Italie = 2 millions d'euros. 1 million d'euros directement pour UNICEF (enfants) + 1 million d'euros au deuxième semestre pour les projets sanitaires menés par les agences italiennes sur le terrain.
  • Slovénie = 2 millions d'euros

Lire aussi: Qui participera à la mission EUFOR RCA Bangui ? Le point (MAJ3)