Ursula von der Leyen : comme un avion sans ailes

Ursula von der Leyen : comme un avion sans ailes

(B2) La présidente désignée de la Commission européenne est venue quelques minutes devant les journalistes mercredi (10 juillet), après la conférence des présidents, pour rendre compte de ses entretiens

Ursula von der Leyen (© B2 - NGV)

Pour sa première apparition publique devant la presse dans sa nouvelle fonction, Ursula von der Leyen n'a pas vraiment ébloui. Loin de là. En quatre minutes, à peine, elle s'est contentée de quelques phrases lues de façon monocorde (sauf la partie sur la présence dans le monde). Les banalités ont plané à la vitesse d'un eurofighter qui a du mal à décoller en bout de piste 😉 Tandis que les quelques idées présentées — quatre en tout — apparaissent plutôt recuites. Le salaire minimum, l'Europe dans le monde ou le droit d'initiative du Parlement ont déjà été énoncées depuis une bonne dizaine d'années, voire plus. L'absence de dialogue avec la presse n'est pas vraiment un bon signe. La nouvelle présidente désignée va devoir faire (très) attention à affirmer sa personnalité, son dynamisme, et cesser de prononcer des banalités. Sinon elle risque de décevoir rapidement, même ses supporters.

Objectif : convaincre le Parlement

Fatiguée par une série d'entretiens marathons avec les différents groupes, la déclaration de la présidente désignée avait surtout un objectif : convaincre les eurodéputés que certaines de leurs demandes avaient été entendues. « Je suis une Européenne de cœur et de conviction » a-t-elle entamé en français, voulant donner ensuite quelques assurances au Parlement sur certaines thématiques qui lui sont chères (tels le droit d'initiative), ainsi qu'une ou deux garanties pour les Verts et les socio-démocrates, chez qui elle venait de passer une audition plutôt houleuse, voire désastreuse (article à suivre), selon les témoignages recueillis par B2 à la sortie de la salle.

Les initiatives du Parlement européen prises en compte

« À chaque fois que le Parlement européen votera un rapport d'initiative à la majorité absolue de ses membres, je [le] mettrai à l'ordre du jour du Collège des commissaires, ce rapport, pour des discussions politiques et décider quelles mesures prendre: une action législative ou politique » a-t-elle promis.

Un Fonds pour la transition climatique

En direction des jeunes, elle indique « vouloir de l'action pour l'avenir de notre planète. Nous devons être plus ambitieux. [...] Le CO2 (carbone) doit avoir un prix. Nous devons agir plus vite, être plus ambitieux sur les objectifs à l'horizon 2030. Car la neutralité climatique d’ici 2050 est indispensable. Je crois que c'est possible de réconcilier la conscience sur le climat et une économie forte et prospère. On doit accompagner [les PME]. Je suis bien consciente que tous les pays n'ont pas le même point de départ. Nous devons avoir un fonds de transition du climat pour accompagner cette période de transition. »

Un salaire minimum dans toute l'Europe

« L'Europe peut offrir une réponse [...] : la stabilité, la sécurité et des perspectives d'emploi. Dans chaque pays, travailler doit permettre de vivre décemment. Je me battrai pour un salaire minimum dans tous les pays de l'UE. Il y a d'autres thèmes dans notre agenda social que j'ai exposés lors de la conférence des présidents.»

Une Europe davantage présente dans le monde

En dernier lieu, « mais pas le moindre », Ursula von der Leyen a appelé « une Europe forte et unie qui assume son rôle dans le monde. Le monde appelle l'Europe, demande plus d’engagements de la part de l’Europe. Nous devons donc puiser dans toutes nos forces (and therefore we must draw all our strength) ». 

(Nicolas Gros-Verheyde)

Regardez la video (langue originale FR / ENG)