Ursula von der Leyen élue présidente de la Commission européenne 2019-2024. De justesse

(B2) Ursula von der Leyen a été élue mardi 16 juillet au soir par le Parlement européen réuni en plénière à Strasbourg. Mais de justesse. Elle n'a réussi à obtenir que neuf voix de plus que la majorité requise

La candidate désignée par le Conseil européen a obtenu seulement 383 voix 'Pour' (pour 374 voix nécessaires) dans un vote à bulletin secret (manuel). 327 députés ont voté 'Contre', 22 se sont abstenus et un bulletin nul a été décompté, pour 733 votes exprimés (sur 747 membres inscrits). Ursula von der Leyen a donc échoué à rallier une large majorité, comme espéré. Ce malgré les consignes de vote favorables des trois gros groupes (PPE, S&D, Renew Europe). Avec 51,3% des voix des membres du Parlement, elle est même un des présidents de la Commission les moins biens élus depuis Jacques Santer, selon notre propre baromètre (Lire L’élection des présidents de la Commission européenne. Qui a été le ‘mieux élu’ et le plus mal ?). Il lui faudra composer son collège de commissaires avec grande habilité et préparer un discours de programme un peu plus étoffé pour pouvoir convaincre en octobre et emporter l'adhésion du Parlement européen, sur l'ensemble du collège cette fois.

« Je suis très honorée » et «  émue » a déclaré la principale intéressée, à l'annonce de résultats qui l'ont surprise, apparemment. « Dans la démocratie, la majorité c’est la majorité ». Elle a ensuite invité les eurodéputés à travailler ensemble «  de façon constructive  », se voulant une présidente de l'unité. .

Les votes groupe par groupe

Soutien inconditionnel du PPE...

L'Allemande a pu compter sur les voix du PPE. L'appel du leader Manfred Weber ne laissait aucun doute sur la consigne de vote.

...et quasi-inconditionnel du groupe Renew

Autre soutien quasi inconditionnel, le groupe Renew Europe. Le président Dacian Ciolos l'a dit de façon claire mardi après-midi en conférence de presse : le groupe était prêt « à la soutenir à une très vaste majorité ». Il estimait à moins de cinq le nombre de membres du groupe votant 'Contre' ou s'abstenant.

Le 'oui mais' des S&D

Le groupe des sociaux démocrates (S&D) avait lui besoin de davantage de garanties. Leur présidente, Iratxe Garcia-Perez a finalement indiqué à 18h que le groupe « soutiendrait Ursula von der Leyen tant qu'elle tiendrait ses promesses ». Finalement, il semble bien qu'une moitié environ des membres ait voté contre. Les Allemands, les Belges, les Grecs, les Néerlandais, les Français, les Slovènes, selon un décompte fait par les journalistes, étaient contre. La délégation française (cinq députés) avait prévenue dès 17h que « Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne ? Pour nous c’est non ! ».

Le non ferme des Verts et de la Gauche

Les Verts n'ont pas caché leur déception de n'avoir pas reçu de « propositions concrètes ». Le « beau discours » de la candidate ce matin et les quelques applaudissements comptabilisés dans les rangs écologistes n'ont pas suffi à emporter le vote du groupe. Même tempo du côté de la gauche radicale GUE.

Le 'non peut-être' des souverainistes

Le groupe conservateur (ECR) était assez partagé, sur les questions d'état de droit notamment, comme l'a indiqué son leader, Raffaele Fitto, « en désaccord » sur un nouveau mécanisme proposé par la candidate. Les Polonais du PiS (Droit et justice) avaient cependant indiqué vouloir voter pour la candidate, tout comme le Mouvement 5 Etoiles italien (membre des Non inscrits).

Le 'non' hostile des nationalistes

Les nationalistes de l'I&D (Identité et Démocratie) avaient prévenu qu'ils voteraient 'Contre', par la voix de l'Allemand de l'AFD Jörg Meuthen. Une nouvelle qui a ravi la principale intéressée. « Je suis soulagée de savoir que je n'aurai pas votre soutien — a indiqué Ursula von der Leyen. Pour moi, c'est une récompense pour ce que j'ai fait ».

(ES)

Télécharger le compte-rendu du Parlement européen

Lire les articles connexes :


Les « félicitations » du président français, de la chancelière allemande et du président actuel de la Commission européenne

« Aujourd’hui l’Europe a votre visage. Celui de l’engagement, de l’ambition et du progrès. Nous pouvons être fiers de l’Europe. Nous serons à vos côtés pour la faire avancer », a tweeté Emmanuel Macron mardi soir.

« Avec elle, il y aura pour la première fois une présidente de la Commission européenne et, après plus de 50 ans, un Allemand à la tête de l'exécutif européen. Je m'en réjouis parce qu'elle sera une cheffe européenne convaincue et convaincante de la Commission européenne », a déclaré Angela Merkel selon Atlantico.

Jean-Claude Juncker a salué « Enfin, la première femme » à la tête de la Commission. « Ce travail est une énorme responsabilité et un défi. Je suis sûr que vous ferez un grand président. Bienvenue à la maison ! ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.