Le président Juncker rapatrié en urgence au Luxembourg pour une intervention chirurgicale

(B2) C'est un communiqué plutôt inhabituel de la part de l'exécutif européen qui a été publié ce samedi (17 août) en fin d'après-midi. Un bulletin de santé en forme d'urgence pour la santé de Jean-Claude Juncker qui interpelle.

« Le Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a dû abréger ses vacances en Autriche pour des raisons médicales. Il a été rapatrié au Luxembourg pour y subir l’ablation urgente de la vésicule biliaire. »

Précisons que cette opération, plutôt courante, aurait pu se dérouler dans un hôpital autrichien. La teneur du communiqué, plutôt laconique, comme son côté exceptionnel pourrait augurer un état de santé plus inquiétant du président de la Commission dont le mandat se termine normalement le 31 octobre.

L'intérim assuré par Frans Timmermans ?

En cas d'empêchement du président de la Commission européenne, c'est le premier vice-président de la Commission (en l'occurrence le social-démocrate néerlandais Frans Timmermans) qui prend le relais, selon l'article 25 du règlement intérieur de l'institution (1).

« Les fonctions du président sont exercées, en cas d’empêchement de celui-ci, par un vice-président ou un membre suivant l’ordre arrêté par le président. »

(NGV)

  1. Le traité ne prévoit pas cette possibilité. Seules deux possibilités — la démission ou le décès — sont évoquées entraînant la mise en place d'une procédure de remplacement du président (identique à celle d'un nouveau président).