La Commission européenne réunie mercredi sur l’Irak. L’Europe doit parler à tout le monde (Von der Leyen) (v2)

(B2) Face à la situation en Irak, Ursula von der Leyen la présidente de la Commission européenne, a décidé de prendre le taureau par les cornes et annoncé la convocation d'une « réunion spéciale du Collège » des commissaires ce mercredi (8 janvier)

L'ambition européenne tient en deux axes : agir pour la désescalade, parler à tout le monde. Mais le propos reste biaisé. L'essentiel du langage européen étant dirigé vers l'Iran. Pas un mot sur les États-Unis.

Faire le point et coordonner l'action des commissaires

La réunion de la Commission a deux objectifs : «  de présenter un compte rendu » sur les contacts pris par les commissaires « avec différentes parties prenantes » sur l'évolution de la situation en Irak et au-delà et « coordonner les actions que des commissaires doivent entreprendre dans la région » en lien avec leurs portefeuilles. Elle intervient en amont de la réunion des ministres des Affaires étrangères vendredi (cf. encadré).

La responsabilité de l'Europe : stopper l'engrenage de la violence

« Après les récents développements en Irak, il importe maintenant de mettre fin au cycle de la violence, afin d'éviter que toute action supplémentaire en engendre une autre, et qu'au contraire un espace soit à nouveau donné à la diplomatie » indique Ursula von der Leyen dans le communiqué publié lundi (6 janvier) soir.

Parler à tout le monde

« L'Europe a une responsabilité particulière » en matière diplomatique. « Alors que les tensions montent, l'Europe s'entretient avec toutes les parties prenantes. »

Faire revenir l'Iran à l'accord sur le nucléaire iranien

« Nous sommes profondément préoccupés par l'annonce de l'Iran (1) de ne plus respecter la limite fixée par le Plan d'action global conjoint (JCPOA) » indique-t-elle, sans faire aucune référence aux causes de ce désaveu. Cette annonce « intervient à un moment où la région connaît de graves tensions. D'un point de vue européen, il est important que l'Iran revienne à l'accord nucléaire. Nous devons convaincre l'Iran que c'est aussi dans son propre intérêt ».

Stabiliser l'Irak

Quant à l'Irak, « après les ravages infligés par Daech » le pays « connaît une évolution positive ». L'Irak « mérite de rester sur la voie de l'équilibre et de la réconciliation ». « Nous appelons toutes les parties à faire preuve de retenue. »

Apaiser les tensions tous ensemble

Le collège des commissaires européens a « analysé les conséquences potentielles de la crise actuelle sur l'Union européenne » dans plusieurs domaines : « transports, énergie, voisinage et migration, développement économique, stabilisation et reconstruction », a indiqué la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, après la réunion spéciale de la Commission. (déclaration)

L'objectif est désormais que chaque commissaire, dans son domaine de compétence, s'attache à prendre des contacts dans la région pour examiner non seulement les conséquences, mais ce qu'il est possible de faire pour apaiser les tensions, explique un spécialiste des questions européennes. « On sort de l'approche en silo traditionnelle de la Commission. C'est intéressant. » D'autant que l'Union européenne a un vrai atout aujourd'hui : « Dans un monde turbulent, où certaines décisions sont imprévisibles, l'Europe apparaît comme un pôle de stabilité ».

(NGV)

  1. Lire : Iran. Plus de limite pour l’enrichissement nucléaire. Le JCPOA ne tient plus qu’à un fil. Zarif invité à Bruxelles

Un Conseil des Affaires étrangères vendredi

Quand aux ministres des Affaires étrangères de l'UE, ils se réuniront vendredi. Réunion spéciale convoquée par le Haut représentant Josep Borrell. Objectif : « activer toutes les voies diplomatiques », « discuter des récents développements sur l'Irak et l'Iran ». L'Union européenne « jouera pleinement son rôle dans la recherche d'une désescalade des tensions dans la région ».


Mis à jour le 14 janvier 2019 avec la déclaration de Ursula von der Leyen après la réunion du Collège

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.