La mission EUCAP Sahel Mali prolongée. Mandat élargi au Tchad, Burkina Faso et Mauritanie

La mission EUCAP Sahel Mali prolongée. Mandat élargi au Tchad, Burkina Faso et Mauritanie

(B2) L'Union européenne a conforté, ce jeudi (21 février), le mandat de sa mission de renforcement des capacités au Mali (EUCAP Sahel Mali). La mission est prolongée d'un an supplémentaire, jusqu'au 14 janvier 2021. Son budget est renforcé, atteignant près de 67 millions d'euros

La décision, adoptée par voie de procédure écrite, et annoncée aujourd'hui par voie de communiqué, a pris quelques jours de plus que prévu, afin de permettre à certains États de remplir leurs procédures nationales internes de consultation, selon un diplomate européen consulté par B2. Mais les éléments principaux décrits précédemment restent valables (lire : La mission EUCAP Sahel Mali prolongée. Rayon d’action élargi, budget augmenté).

Une prolongation qui ressemble aussi à une extension géographique

Cette prolongation n'est pas une prolongation tout à fait ordinaire. On assiste à une extension, géographique et politique de la mission. La mission civile EUCAP Sahel Mali conserve son mandat, d'assister et de conseiller, d'assurer des formations aux trois forces de sécurité intérieure — police, gendarmerie et garde nationale —, ainsi qu'aux ministères compétents du Mali. Mais elle reçoit en plus, dans le cadre de la régionalisation des missions PSDC au Sahel, le pouvoir de dispenser des activités ponctuelles et ciblées de conseil stratégique et de formation aux pays du voisinage, membres du G5 Sahel — notamment la Mauritanie, le Burkina-Faso et le Tchad —, comme le prévoit son plan opérationnel (OpPlan) révisé le 18 décembre dernier.

Lancée le 15 avril 2014, la mission a depuis plus d'un an (octobre 2017) un chef français, Philippe Rio, issu de la gendarmerie nationale. Elle devrait grossir et compter d'ici mars 2019, jusqu'à 144 agents internationaux et 65 agents locaux.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi : Des États entre déni et incapacité, un G5 Sahel à la peine. Le résultat de l’engagement européen au Sahel est mitigé