Le dirigeant hongrois Viktor Orban demande la tête de Vera Jourova

(B2) Alors que la Commission européenne s'apprête à présenter son premier rapport sur l'état de droit, le gouvernement hongrois demande dans des termes très clairs la démission de la vice-présidente de la Commission chargée du sujet

Viktor Orban (crédit : Gouv. Hongrois)

Dans une lettre datée du 28 septembre (1), le premier ministre hongrois Viktor Orbán demande (exige) à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, la démission de Věra Jourová, la vice-présidente de la Commission européenne, chargée des Valeurs et de la Transparence.

Le mot de trop pour Budapest

Objet du courroux magyar : les mots de la commissaire (de nationalité tchèque) qualifiant de « 'malade' », la démocratie hongroise. Ces déclarations sont « inappropriées et inacceptables, une violation flagrante du principe de coopération sincère, incompatible avec son mandat actuel, donc sa démission est indispensable » indique le porte-parole du gouvernement, Zoltán Kovács.

Le refus d'une équipe politique

« Les membres de la Commission font partie d'une équipe éminente qui est censée être la gardienne des traités, et non de partisans politiques dans une Europe de plus en plus affaiblie par la division partisane. » La conclusion pour Budapest s'impose : « Si Mme Jourová ne peut s'élever au-dessus, elle doit démissionner. »

Von der Leyen garde confiance

La présidente de la Commission européenne garde sa « pleine confiance » (full trust) dans Vera Jourova a indiqué le porte-parole de l'exécutif européen (Dana Spinant) lors du traditionnel briefing de midi, ce mardi (29 septembre). La « coopération sincère », évoquée par le dirigeant hongrois, « c’est important bien sûr ». Mais « la Commission et les membres du collège doivent être en position de parler avec les États membres aussi sur les sujets difficiles. Cela ne concerne pas seulement l’état de droit mais la plupart de nos sujets de travail ». Nos « portes restent ouvertes pour un dialogue » ajoute la porte-parole, sans préciser cependant si ce dialogue pourra continuer entre Budapest et la commissaire V. Jourova.

(Nicolas Gros-Verheyde, avec Hannah Guerin, st.)

Télécharger la lettre

  1. reçue lundi après-midi à Bruxelles, selon le porte-parole de la Commission

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.