Un hussard parachutiste prend le commandement de la mission EUTM RCA à Bangui

Un hussard parachutiste prend le commandement de la mission EUTM RCA à Bangui

Eric Peltier (alors colonel) lors de son commandement à la FINUL (crédit : DICOD 2013 - Archives B2)

(B2 - exclusif) Après une année et demi à Bangui, le général de brigade portugais Hermínio Teodoro Maio va passer le relais, à partir du 8 juillet, du commandement de la mission de l'UE de formation de l'armée centrafricaine (EUTM RCA), à un homologue français, le général de brigade Éric Peltier, selon le texte de la décision vu par B2

Les ambassadeurs du COPS (comité politique et de sécurité) doivent avaliser le principe ce mercredi (19 juin). La décision sera publiée dans les jours qui viennent au journal officiel.

Un homme de l'arme blindée cavalerie

Éric Peltier a un tropisme opérationnel particulier. Admis à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1990, il choisit l'arme blindée cavalerie à sa sortie et intègre l’école d'application de l'arme blindée cavalerie à Saumur en 1993. De 1994 à 1996, il commande un peloton de chars au 2e régiment de dragons à Laon. En juillet 1996, il rejoint le 1er régiment de hussards parachutistes (RHP) de Tarbes, d'abord comme chef de peloton blindé, puis comme officier adjoint en escadron. Il participe alors à deux reprises à l'opération 'Almandin', en République centrafricaine. En 1999, il prend le commandement d'un escadron blindé et est engagé au Tchad (opération Epervier) et au Kosovo (opération Trident). Il part en 2002 aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan pour former une compagnie d’élèves officiers de l’école militaire interarmes. En 2004, il intègre le cours supérieur d’état-major.

Haïti, Kosovo, Afghanistan

Il est envoyé en Haïti pour occuper les fonctions d’officier renseignement de la MINUSTAH et de conseiller militaire de l’ambassadeur de France à Port-au-Prince. En 2006, il retrouve le 1er régiment de hussards parachutistes, comme chef du bureau opérations-instruction. Il est engagé au Kosovo au sein de la KFOR comme sous-chef opérations de la task-force multinationale nord. En juillet 2008, il est affecté à l’état-major de la 11ème brigade parachutiste à Toulouse. Chef du bureau emploi-opérations, il est alors engagé en Afghanistan pour occuper les fonctions de sous-chef opérations du « Regional Command Capital » à Kaboul.

Chef du 1er RHP

Il sera, à partir d'avril 2010, en charge des affaires stratégiques auprès du chef d'état-major des armées, l'amiral Édouard Guillaud, avant de revenir en (pour la troisième fois) à Tarbes en 2012, avec le grade de colonel, pour commander le 1er RHP. Il est alors déployé au Liban comme chef de la force de réserve de la FINUL (la force intérimaire des Nations unies au Liban), une unité de 900 hommes. Il sera ensuite chargé de la performance interarmée à l'état-major de l'armée de terre et, en 2015-2016, auditeur à la 68e session de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Il vient d'être promu général de brigade le 1er juin dernier.

(NGV)