Ursula von Der Leyen en visite en Afghanistan (crédit : MOD Allemagne)

Mutti Ursula : une femme de tête à la Commission européenne

(B2 au Justus Lipsius) Alors que l’ambiance était morose dimanche et lundi, le nom de Ursula von der Leyen a su redonner le sourire, même aux plus blasés. C’est la première fois que l’exécutif européen sera dirigé par une femme.

Quand Giuseppe Conte descend dans l'arène aux lions, une foule de journalistes se presse (Crédit : Ghassen Fridhi / El Arabiyah)

Deuxième échec au sommet pour les 28. Une réunion frustrante, mal préparée, où les egos ont été trop nombreux (V2)

(B2 au Justus Lipsius) La réunion avait mal commencé avec plusieurs heures de retard sur l’horaire prévu dimanche soir (30 juin). Témoin des consultations de dernières minutes et des difficultés à trouver un accord, cela laissait craindre un sommet long

Top chef 2019 : pas de fumée blanche au sommet, mais consensus pour éjecter les Spitzenkandidat

(B2 au Justus Lipsius) L’échec des dirigeants européens, réunis en sommet à Bruxelles les 20 et 21 juin, à trouver la personnalité idoine pour remplacer Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission n’aura pas été inutile. Malgré l’apparence, le

A l’agenda du sommet européen des 20 et 21 juin 2019

(B2) Le sommet européen de ces 20 et 21 juin sera dominé par l’agenda institutionnel, le renouvellement des têtes européennes, même si d’autres aspects (Turquie, climat, zone Euro…) ne sont pas négligeables Une réunion anticipée par de multiples consultations Le

A la recherche de quatre noms pour diriger l’Europe demain. Le mandat de Donald Tusk

(B2) Le diner informel des 28 Chefs d’État et de gouvernement s’est achevé mardi (28 mai) sans coup férir sur un constat unanime. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a été mandaté pour chercher un accord qui puisse rencontrer

(crédit : Commission eur.)

Les Visegrad présentent Sefkovic à la tête de la Commission, ou comme Haut représentant. Un coup bas à Timmermans

(B2) Les quatre dirigeants du groupe de Visegrad (V4) — le Tchèque Andrej Babiš, le Polonais Mateusz Morawiecki, le Hongrois Viktor Orbán et le Slovaque Peter Pellegrini  — se sont mis d’accord pour présenter un candidat commun à la tête