Israël, Pakistan, Inde : trois puissances nucléaires modernisent leur arsenal (OTAN)

(B2) Trois pays qui ne sont pas signataires du traité sur la non-prolifération — l’Inde, le Pakistan et Israël — modernisent, voire étendent leur arsenal. C'est un fait connu de tous les spécialistes du sujet. C'est écrit noir sur blanc dans un rapport sur la dissuasion nucléaire de l’assemblée parlementaire de l’OTAN paru avant l'été

Le temps de la limitation des armements nucléaires semble bien terminé, symbolisé par la fin du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (INF) qui s'est clos le 2 août après sa dénonciation par les États-Unis.

Une tendance inquiétante à l'expansion

À contre-courant des efforts de désarmement des dernières décennies, « une tendance inquiétante a émergé dans les récentes années vers la modernisation nucléaire et, dans certains cas, l’expansion. » Ce qui, selon le rapporteur Joseph Day, « est en train de paver le chemin vers une nouvelle ère de réarmement, et donc une guerre aux armements déstabilisatrice ».

Les belligérants de la Guerre froide en cause

En tête de file, on trouve évidemment les États-Unis, engagés dans une « modernisation considérable de leur force nucléaire entière», et les Russes qui ont démarré la modernisation de leur équipement dans les années 2000 et poursuivent leurs efforts en ce sens. La Chine s'est également lancée dans la course. Comme, dans une moindre mesure, la France et le Royaume-Uni.

Mais la question est mondiale

Le débat « s’étend bien au-delà de l’Alliance » et des pays liés au traité sur la prolifération nucléaire (TNP). En effet, trois pays qui n'adhèrent pas à ce dernier, à savoir l'Inde, le Pakistan et Israël, ont lancé des programmes de modernisations, voire d'augmentation de leurs arsenaux respectifs.

Israël se modernise en secret

Israël, bien que n’ayant jamais officiellement confirmé détenir des armes nucléaires, serait en train « d’étendre la portée de ses missiles balistiques. » Le pays pourrait également être en train de développer « des missiles de croisière nucléaires à lanceur naval ».

Sept outils nucléaires en Inde

De son côté, l’Inde semble détenir « sept systèmes capables (de porter des armes) nucléaires [nuclear-capable systems] : deux avions, quatre missiles balistiques terrestres, et un missile balistique naval ». Le pays devrait développer « au moins cinq nouveaux systèmes » pour moderniser son arsenal. La construction de nouveaux réacteurs de production de plutonium est également en cours. Ce qui « souligne le désire de Delhi d’augmenter ses ressources en plutonium pour les missiles actuellement en développement ». Cette politique de modernisation nucléaire n’est pas surprenante chez le principal rival régional de la Chine, puissance que l’Inde doit prendre en compte dans son évaluation des menaces « parallèlement à ses efforts de longue date pour dissuader le Pakistan ».

Le Pakistan suit la marche

Ce dernier possède d’ailleurs « le programme d’armes nucléaires qui grandit le plus rapidement ». Le Pakistan augmente également sa production d’isotopes fissiles et modernise ses missiles terrestres, « mettant la priorité sur les missiles de portée relativement limitée ». Une réponse directe à l’Inde alors que les deux États, ennemis de longue date, s’engagent régulièrement dans des attaques déstabilisatrices de petite ampleur, limitées aux frontières. Ainsi, la « politique nucléaire du Pakistan reste considérablement liée à la position de l’Inde sur la question ».

(Coline Traverson st.)

Télécharger le rapport